Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Un langage victime de préjugés et tardivement reconnu

Longtemps, la langue des signes et ceux qui la pratiquaient a été dénigrée, objet de préjugés et de fausses preuves scientifiques. Jusqu’à être interdite en 1880, lors du deuxième Congrès international sur l’amélioration du sort des sourds muets, estimant qu’elle était néfaste à l’homme. Certains philosophes considéraient que la langue parlée différenciait l’espèce humaine de l’animal : ne pas la pratiquer dés humanisait. D’autres médecins pensaient encore qu’en ne sollicitant pas la voix, on empêchait une colonne d’air des poumons de se développer et donc, on favorisait l’apparition de la tuberculose. Il a fallu attendre les années 1970 pour que la langue des signes reprenne ses droits, avec l’apparition de pièces de théâtre signées, preuve que cette gestuelle si particulière pouvait elle aussi véhiculer de la culture. Progressivement, au milieu des années 1980, certains textes de loi ont indiqué que les Français pouvaient « éventuellement » y avoir recours. Mais ce n’est qu’ en 2005 qu’en France la langue des signes a été officiellement considérée comme une langue d’apprentissage dans le domaine de l’éducation.

Source : http://www.leparisien.fr © 20 Mars 2012 à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.