Espoir de guérir la surdité infantile avec les cellules ombilicales

7
La médecine aux Etats-Unis place de grands espoirs dans les cellules souches du sang du cordon ombilical pour traiter voire inverser une forme de surdité congénitale des nourrissons, après le démarrage d’un premier essai clinique.

AFP – La médecine aux Etats-Unis place de grands espoirs dans les cellules souches du sang du cordon ombilical pour traiter voire inverser une forme de surdité congénitale des nourrissons, après le démarrage d’un premier essai clinique.

L’agence américaine des médicaments (FDA) a donné son feu vert à cet essai en janvier et le premier de dix patients – âgés de six semaines à 18 mois – a déjà été enrôlé dans l’étude.

Il s’agit d’un essai clinique de phase 1 devant être mené au Texas (Sud) pendant un an pour évaluer la sûreté de ce traitement qui consiste à greffer des cellules souches provenant du cordon ombilical de l’enfant pour traiter la surdité de perception.

Cette surdité résulte d’une lésion des organes sensoriels dont les cellules de l’oreille interne et le nerf cochléaire.

« Les enfants n’ont que 18 mois pour acquérir les capacités du langage et s’ils ne peuvent pas entendre, ils ne pourront pas parler normalement », explique le Dr James Baumgartner de l’Université du Texas, qui parraine l’étude.

La décision de procéder à cet essai clinique s’appuie sur des études prometteuses menées sur des souris montrant que la greffe de ces cellules souche provenant du sang ombilical a permis de reconstituer les structures de l’oreille interne de ces animaux.

En outre, ce traitement appliqué pour traiter d’autres pathologies a aussi permis de restaurer dans quelques cas l’ouïe d’enfants souffrant de surdité de perception, confortant l’espoir que cette approche pourrait rétablir une audition normale.

C’est le cas de Finn McGrath, un petit garçon de deux ans qui a subi des dommages du cerveau après avoir été privé d’oxygène lors d’un accouchement difficile, explique sa mère Laura.

« Les médecins nous ont dit qu’il courait un risque élevé de paralysie cérébrale, de problèmes de vision, d’ouïe et de retard mental », raconte-t-elle à l’AFP.

Sa survie étant incertaine, ses parents ont prêté peu d’attention aux médecins leur annonçant qu’il était aussi sourd et avait des cellules auditives endommagées.

Finn souffrait de défaillance d’organe, de problèmes respiratoires et sa paralysie cérébrale l’empéchait de se tourner, de ramper, de tenir sa tête droite, de parler et de manger.

Alors que ses parents désespérés cherchaient un moyen d’aider leur fils, ils ont découvert en lisant des articles que des études montraient que des greffes de cellules souches ombilicales pouvaient aider des enfant atteints de paralysie cérébrale.

Par précaution, les McGrath avaient contacté avant la naissance de leur enfant une banque privée de sang ombilical qui moyennant 2.000 dollars récupère et préserve ce sang. Cette pratique reste controversée parmi les pédiatres.

Ils ont donc décidé de faire enrôler leur fils dans un essai clinique testant des greffes de cellules souche ombilicales pour traiter la paralysie cérébral.

Le petit Finn a reçu la première greffe en 2009 à sept semaines et une seconde six mois plus tard. C’est alors que ses parents ont remarqué un changement. Outre une amélioration générale de son état, il a commencé à vocaliser les sons et de toute évidence à entendre des chansons ou des histoires, raconte sa mère.

La dernière greffe a eu lieu en septembre 2010, à un an. Quatre mois après un test acoustique a donné des résultats normaux.

« Tout ce que je peux dire c’est qu’il était sourd à trois ou quatre mois et qu’il a commencé à entendre vers six à huit mois », se réjouit la mère.

La surdité de perception congénitale touche six enfants sur mille et il n’y a aucun traitement.

« Cette thérapie cellulaire pourrait potentiellement restaurer une audition normale » chez ces enfants, explique à l’AFP le Dr Sami Fakhri de la faculté de Médecine du Texas à Houston, qui conduit l’essai clinique, jugeant « les premiers résultats encourageants ».

Source : http://www.france24.com © 11 Février 2012

7 COMMENTS

  1. Voilà,le vrai progrès de la médecine,C’EST ÇA…depuis 10 ans,il y a un énorme progrès avec les cellules souches(qu’on trouve dans le cordon ombilical,la moelle osseuse ou dans les tissus cardiaque),ils ont réussi à fabriquer la peau ,les cellules cardiaques,bâtonnets rétiniens et bientôt les cellules hépatiques(foie)…je pense que ce sera grâce à cette VRAIE MÉDECINE,il sera tout à fait possible de reconstituer les cellules cilliaires auditives naturelles(ça a marché pour le petit garçon!!!).Je suis très contente que la médecine fasse de la recherche de la reconstitution naturelle des cellules auditives,là il y a un respect au corps naturel et à l’audition naturelle! contrairement à l’implant cochléaire qui est un faux progrès de la médecine!….la nature est plus forte que la machine et la nature sera toujours vainqueur,la nature nous en a fait la preuve depuis des milliers d’années et l’homme a fait preuve d’intelligence de chercher à reconstruire des vraies cellules!.Il sera tout à fait possible de reconstituer les cellules cilliaires audtitives chez un adulte brutalement devenu sourd.Je suis anti-implant cochléaire mais pro-reconstitution des cellules cilliaires auditives naturelles….En attendant les résultats de ce traitement,les parents peuvent communiquer avec leur enfant en LSF!.

  2. D’abord, l’article contient quelques informations bizarres, comme dire qu’un sourd ne pourra jamais parler normalement ce qui est faux, puis concernant la plupart des sourds, on apprend sur le tard qu’ils n’entendent pas ou mal. Pour quelques bébés c’est vrai, on peut savoir dès le début qu’ils n’ont pas l’ouie parce qu’ils sont surtout malades d’autre chose comme le manque d’oxygène, ou une des maladies du nourrison, etc mais ce n’est pas le cas de la plupart des sourds. Alors pouvoir réparer le plus tôt possible n’est pas évident, et en plus on refuse le test précoce de la surdité à la naissance.

    A part cela, c’est une très bonne chose que ce progrès. Moi aussi je souhaite qu’on puisse permettre aux bébés et touts-jeunes nés ou devenus sourds de « récupérer » l’intérieur de l’oreille. Mais il y aurait aussi d’autres formes de surdité comme par exemple, l’intérieur de l’oreille est peut-être intact mais un gros souci au niveau du cerveau, comme certains aveugles dont les yeux sont sains mais l’handicap se trouve au niveau du cerveau, dans la partie où se trouve la vue. Je ne sais pas si on pourra réparer cette partie du cerveau où se trouve l’ouie. Pouvoir déchiffrer les paroles se trouve où, dans le cerveau ou dans l’oreille ? J’entends quand même mais je ne déchiffre pas !

    En tout cas c’est trop tard pour nous actuellement parce que notre cerveau a été plongé dans le silence ou presque pendant notre croissance et que notre cerveau n’apprend plus les sens quand nous devenons adultes mais c’est une solution possible pour les touts jeunes sourds à venir dont le cerveau aura le temps de connaître les sons et de développer la partie ouïe du cerveau.

    Je ne suis pas contre les machines qui elles seules pourront aider les adultes nés sourds que la médecine ne pourra pas aider. Comme cette lunette sous-titreuse. J’espère avoir cette machine qui me permettra de « lire » les paroles des entendants qui me parlent, aussi à l’aise que quand je suis assisse devant mon film sous-titré, c’est toujours mieux que la fatiguante et approximative lecture labiale.

    (Excusez mon texte « approximatif » car j’ai tapé vite…)

    • Alice
      J’ai lu ton billet,je peux me permettre de te proposer une réflexion,si c’était à choisir,si on découvre précocement la surdité de l’enfant dû au manque d’oxygène par exemple à la naissance (je reprends l’exemple du petit garçon qui bénéficie ce traitement cellulaire,je dis bien cellulaire puisque biologique)…si une banque de cordons ombilcaux se généralise (ce serait une excellente idée pour la reconstitution de diverses cellules qui de plus a l’avantage d’histocompatibilité puisqu’il vient de soi-même)…si un médecin propose de choisir soit le traitement cellulaire qui se fait à plusieurs fois à plusieurs mois d’intervalles pour que la reconstitution cellulaire au sein de l’organe défectueux se fasse le plus naturellement possible (ça prend du temps,tout comme la reconstitution de la peau!)que l’organe s’adapte parfaitement en douceur ou prévoir l’implantation cochléaire précoce dès le 5 ème mois de l’enfant (comme le fait à l’hôpital de pitié-salpêtrière à Paris)?…eh bien,je suis partante pour la reconstitution cellulaire car il y a un respect du corps naturel,une véritable médecine qui respecte le corps humain,dont le bénéfice sera à long terme plus avantageux que l’implant cochléaire puisque le cerveau et la cochlée biologique accepteront ces cellules comme les siens…un cerveau est capable de faire la différence entre le naturel et l’artificiel,d’où explique le malaise des devenus sourds implantés qui vivent mal la différence entre deux auditions(dont le propre père de mon ami,un devenu sourd lui-même implanté,il serait enchanté de ce progrès de la médecine naturelle qu’est la reconstitution des cellules cilliaires auditives)…pour moi,ce traitement vaut la peine,ceci est pour moi un véritable progrès de la médecine…mais soyons réalistes,ce traitement,ce ne sera pas pour tout le monde,je suis d’accord…mais j’ai aussi une information importante,chez un bébé,la reconstitution cellulaire naturelle spontanée peut avoir lieu,c’est rare mais possible…notamment chez les très grands prématurés..puisque ma propre soeur elle-même maman de garçon né à 6 mois et handicapé moteur moyen(aux jambes notamment)par manque d’oxygène in-utéro a rencontré une autre maman d’un garçon du même âge que mon neveu(10 ans),il y a quelques années,ce garçon a aussi un handicap moteur plus léger,ce garçon est né à 5 mois et demi COMPLÈTEMENT AVEUGLE ET SOURD,l’IRM a détecté le manque d’activité cérébrale sur l’aire visuelle et auditive ainsi que motrice…sans qu’on ne sache pourquoi,ce garçon a recouvré de manière naturelle la vue quasi complète à l’âge de 4 MOIS et recouvré l’audition complète à l’âge d’1 AN…imagines si on précipitait dans la fillière des soins chez les tout-petits nés trop tôt,à l’implantation cochléaire précoce (puisque le slogan « plus tôt implanté,mieux c’est » réflète la médecine actuelle),ce garçon serait complètement sourd et vivant sous l’audition artificielle si la maman avait eu la proposition si tôt dès l’âge de 3 mois…si on proposait la reconstitution biologique cellulaire,ce garçon aurait recouvert l’audition naturelle plus vite,ça vaut la peine et pourquoi ne pas proposer aux enfants nés très prématurément à ce traitement biologique?…ceci est une médecine intelligente,plus intelligente que de proposer à l’implantation cochléaire!!!.Tous les enfants nés prématurés actuels sont soumis dès les premières heures de la vie à l’IRM pour détecter les activités cérébraux et leurs conséquences,donc dépistage indirecte précoce du handicap de l’enfant mais l’objectif premier des médecins néo-nataux est de savoir si l’enfant peut vivre longtemps ou pas.
      Je suis d’accord avec vous,les ORL sont les pires connaisseurs de la surdité puisqu’ils continuent à dire « si votre enfant n’entend pas,il ne parlera pas »,c’est une ânerie à ne pas écouter,un sourd finit par parler à sa façon,et pour communiquer,il y a les bébés-signes pour commencer,et pourquoi ne pas généraliser cette langue?,je trouve l’expression cérébrale et corporelle va de bon pair,harmonise la qualité de communication,il y a des pays où on parle aisément avec le corps et les mains partout…tout en verbalisant,je ne vois pas où est le problème,pour moi,le fait de refuser l’expression corporel est un manque d’ouverture d’esprit.
      Pour résumer,je préfère 1000 fois qu’on reconstitue les cellules auditives sur un bébé sourd dont le corps accepte mieux que de faire subir au très jeune enfant à l’implantation cochléaire qui par conséquence,va griller les cellules auditives saines restante!!!…l’audition naturelle est sacrée!.Je soutiens donc les familles qui ont fait le choix d’une thérapie cellulaire biologique,eux respectent l’intégrité naturelle du corps humain mais furax contre les médecins qui ne parlent pas de bébé-signes pour communiquer avec leur enfant sourd en attendant les résultats de leur traitement!.

  3. Je ne suis pas sûre d’avoir été claire dans mon commentaire, et j’en suis désolée, quand j’ai parlé des machines, je ne parlais pas d’implant cochléaire, et j’en ai déjà dit ce que j’en pense sous certains autres articles. Je parlais ici des machines qui seront les seules à pouvoir aider les sourds qui l’ont toujours été et dont le cerveau n’a jamais pu développer la partie ouïe du cerveau. Des machines extérieures qui facilitent la vie de tous les jours au même titre qu’une paire de lunettes, c’est pourquoi j’ai parlé d’une lunette-sous-titreuse (je ne sais pas comment l’appeler autrement). On ne pourra jamais « réparer » ceux-là comme on ne peut pas donner des yeux vivants ou des yeux artificiels aux aveugles qui n’ont jamais pu voir les couleurs dans l’enfance et dont le cerveau n’a donc pas eu le temps de développer la partie vue du cerveau.

    Je suis d’accord avec vous dès le début, c’est un progrès bienvenu que cette médecine qui répare et sauve l’oreille et, j’espère, aussi la partie concernée du cerveau plus tard. Ca pourra aider les nouveaux bébés sourds ou malentendants à venir et qui permettra à leur cerveau de développer la partie ouïe. Je fais confiance aux humains pour faire de telles prouesses en médecine.

    Les bébés-signes, c’est vital et ça ne coûte rien de les pratiquer. Même quelques mères entendantes les pratiquent avec leurs bébés entendants en toute aisance.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.