La main des sourds

Difficiles, les relations sourds et entendants?

Il faut savoir que le Sourd s’inscrivant avec un S majuscule signifie avant tout l’appartenance à la communauté ou la culture sourde.

Sujets : 
Il peut s’avérer difficile pour une personne sourde d’entrer en contact avec un entendant. L’ouverture d’esprit de ce dernier facilitera la communication entre eux.

Comme le Français est de culture française, le Sourd appartient également à une collectivité, celle des Sourds. C’est ainsi qu’on le verra même se dissocier du malentendant, qui n’a pas les mêmes références d’expression orale ou visuelle que lui.

Communication

Les relations entre entendants et sourds peuvent parfois être conflictuelles, voire dérangeantes, en raison d’un manque de communication. La surdité est perçue par les entendants comme un handicap, alors que pour les Sourds, il s’agit davantage d’une identité, d’une appartenance.

«Une personne sourde ne peut prétendre avoir un handicap, car depuis sa naissance, elle n’a jamais bénéficié de son ouïe. En contrepartie, une personne malentendante concevra sa surdité comme un handicap», confirme la directrice générale de l’APPAL, Marylyn Laurier.

Lorsqu’ils se rassemblent, les Sourds ne ressentent en rien cette déficience qu’on leur attribue puisqu’ils partagent souvent les mêmes valeurs, des façons d’être et des idées du monde qui les entoure.

L’amitié

Alors qu’il y a 20 ans on déconseillait aux familles d’apprendre la langue des signes, force est de constater qu’aujourd’hui, il s’agit plutôt du degré d’acceptation de la surdité qui conditionnera la relation amicale, filiale ou même sociale. Toutefois, comprendre la langue des signes ne s’avérera pas suffisant au sein d’une relation. Il faut saisir l’identité sourde avec ses valeurs et les comportements qui lui sont propres.

Considérés par plusieurs comme des handicapés, les Sourds verront aussi leurs capacités intellectuelles remises en cause. Les préjugés étant bien ancrés dans chacune de ces deux communautés bien distinctes, on ne s’étonnera pas d’une certaine méfiance qui pourrait s’installer chez les Sourds dans des situations où l’entendant demande à les connaître ou les rencontrer.

«Effectivement, la personne sourde se demande pourquoi l’entendant manifeste de l’intérêt envers elle ou sa communauté. Quelles sont ses motivations réelles? Une personne entendante possède tout, elle a accès à l’information en tout temps, qu’est-ce qu’elle veut savoir de plus?»explique Mme Laurier.

La distance peut donc demeurer en dépit de la compréhension de la langue des signes.

Source : http://www.nordinfo.com © 3 Février 2012 à Canada

1 commentaire
  1. Boutreux Michel dit

    Bonjour,
    Nous avons été longtemps voisins entre nos associations de la Maison des Sourds et des Malentendants d’Angers, avant qu’on puisse commencer à nous respecter cordialement. La réalisation récente d’un guide “VIVRE ENSEMBLE avec ou sans handicap” (www.angers.fr/handicap ) nous a rapproché et on commence maintenant à s’apprécier… Il nous faut du temps pour dépasser les difficultés!
    bonne suite à vous, Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.