820 adhérents à l’Association des parents d’enfants nés sourds

Un enfant sur 1 000 naît avec un problème de surdité profonde. L’implant cochléaire, implant électronique, placé par un chirurgien permet une récupération auditive.

Une vingtaine de parents se sont réunis samedi matin au Coisel en présence, d’Anne-Sophie Naert, présidente nationale de l’association Génération cochlée, du professeur Sylvain Moreau du CHU de Caen, et d’Anne Benoist-Mortier, référente de l’association en Basse-Normandie.

« Grâce à l’implant cochléaire, nos enfants sont très bien intégrés dans le monde des entendants, mais il ne faut pas oublier que nos enfants ont besoin d’aide au quotidien (aide orthophonique 2 h par semaine ; 2 h sur le temps scolaire par une maîtresse spécialisée), ainsi qu’un enseignant à l’écoute, ce qui est le cas depuis que ma fille Mia va à l’école. Il faut souvent répéter les mots, reformuler les phrases, ou expliquer des mots mal compris », témoigne Anne Benoist-Mortier, maman de Mia, 5 ans, implantée à 15 mois.

L’association « Génération cochlée »

Cette association, présidée par Anne-Sophie Naert, compte 820 adhérents au niveau national, dont 30 en Basse-Normandie. Elle regroupe et informe les parents d’enfants atteints de surdité à la naissance.

Au plan local, Anne Benoist-Mortier, maman de Mia, est la référente de cette association qui accueille et accompagne les parents tout au long du parcours et de l’évolution de leur enfant en assurant un lien entre les parents et les professionnels.

L’implant cochléaire

Cet implant est composé de deux parties. C’est une prothèse partiellement implantable qui transforme les informations sonores en micro-impulsions électriques transmises directement au nerf auditif. Il permet une récupération auditive sur toutes les fréquences

Site : www.generation-cochlee.fr ; courriel : generation-cochlee@orange.fr ; tél. 01 56 58 16 25 ; antenne de Basse-Normandie : cochleenormandie@orange.fr

Source : http://www.ouest-france.fr © 1 Février 2012 à Saint-André-sur-Orne

26 commentaires
  1. do dit

    je ne suis pas d’accord sur la generation cochlee!!!stop aux cochlees.je trouve inacceptable!!il faut que les associations des sourds de france doivent reagir sur cette affaire!!

  2. sylvie dit

    Je ris sous cape…2 heures d’orthophonie pour un enfant implanté…là je rigole…nous les quadras,avions plus d’heures d’orthophonie et cela sans implant…en 1976-1978,j’étais dans un institut spécialisé,on avait orthophonie TOUS LES JOURS PENDANT 1H donc ça fait 5 heures par semaines,et encore,il y avait 2 ou 3 orthophonistes pour toute la maternelle!!!…ils sont de plus en plus ridicules …

  3. Marie dit

    Ridicules ?
    Vous comparez le travail d’une orthophoniste dans les années 70 avec le travail d’une orthophoniste en 2012 avec un enfant implanté qui parle comme un enfant entendant du même âge ? bientôt, elle n’aura plus besoin d’orthophoniste du tout.

    1. sylvie dit

      oui je trouve ridicule,même les autres parents déplorent l’insuffissance d’orthophonie,pour eux aussi 2 h n’est pas assez,ils aimeraient avoir 1h en plus y compris les parents d’enfants implantés…et l’implant + parole,ça ne veut rien dire…j’ai rencontré des personnes implantées qui ne parlent pas et des personnes implantées qui parlent…il y en a de tout et les sourds au naturel,il y en a qui parlent très très très bien comme un entendant et d’autres non,il y en a de tout…et encore,je pense aux personnes âgées sourdes dès l’enfance,ceux qui sont nées dans les années 20,30,40 …eux,étaient éduquées par des méthodes ultraoralistes(les parents,eux n’avaient pas du tout le choix,c’était comme ça) et CELA SANS APPAREILS,ça n’existait pas…ces sourds là,sont d’excellents oralistes contraints,tout le monde comprend ce que disent ces personnes âgées…eux n’avaient pas appris la LSF et la LPC,il n’y avait que l’oral pur qui a donné des conséquences terribles car manque de support visuel.Je me souviens d’avoir eu un petit ami sourd dont sa maman est sourde profonde née dans les années 30,elle parlait à merveille,comme une entendante,tout le monde la comprenait…tu n’as absolument rien compris à la surdité,tu n’as toujours rien compris,l’implant ne fait pas d’une personne pseudo-entendante!!!,tu es à côté de la plaque!…je trouve que AL est un parent beaucoup plus réaliste que vous!!!,AL a compris que l’implant est illusoire,il le voit avec son propre fils de 7 ans implanté,il accepte les limites de l’implant cochléaire et assume que son fils est sourd implanté,il le dit clairement “mon fils est sourd et n’est pas un entendant,il ne le sera jamais”,il est dans une phase d’acceptation alors que vous,vous êtes dans le déni de la réalité!.

      1. Marie dit

        Dans cet article, on parle d’une petite fille dont les besoins ont été évalués à 2h d’orthophonie, ça n’a pas été toujours le cas et ça peut évoluer.
        Quant au reste de votre commentaire, le tutoiement et tout le bla bla….je trouve vos jugements un peu trop rapides et sans fondement.

        1. sylvie dit

          TU ES CONNE POINT BARRE

  4. Alice dit

    Je crois que les promoteurs de cet implant sélectionnent les meilleurs enfants “cochliens”, c’est à dire qui ont des résultats et qui sont en fait des demi-sourds (mot que nous avons utilisé au collège pour désigner ceux qui deviennent de vrais entendants quand ils se mettent un appareil auditif et qui peuvent téléphoner, faire de la musique et parlent très bien, exactement comme les myopes qui peuvent être parfaitement voyants grâce aux lunettes).

    Cet implant n’est qu’un vulgaire appareil auditif, qui n’est plus extérieur mais intérieur… L’appareil auditif est parfaitement utile pour les demi-sourds comme les lunettes pour les myopes. Et donc ceux-là n’ont rien à voir avec les vrais sourds comme c’est le cas avec les aveugles et les myopes.

    Les promoteurs de l’implant cochléaire sont des tricheurs.

  5. Alice dit

    Les demi-sourds se contentent bien d’une paire d’appareils auditifs extérieurs c’est aussi suffisant qu’une paire de lunettes pour myope.

    Et les vrais sourds, bah ils resteront de vrais sourds parce que tout ce qu’on peut entendre quand c’est possible ça reste du chinois ou du brouhaha incompréhensible…

  6. AL dit

    Bonjour,
    Je voulais apporter quelques précisions concernant l’implant, car il me semble qu’il y a beaucoup de confusions et de mauvaises interprétations faites sur cet appareil. Mon fils de 7 ans est sourd profond et implanté. Il parle bien, écoute de la musique, mais … NON, l’implant ne le rend pas “vrai entendant”, ni “demi-sourd”. Il parle bien : l’orthophonie + implant + LPC lui ont été très bénéfiques. Enlevez un élément et les résultats ne sont plus du tout les mêmes. Il écoute de la musique : parce qu’il aime faire comme sa soeur, il en capte quelque chose de plaisant pour lui, mais est incapable de reconnaître et reproduire une mélodie ou un chanteur. L’implant ne le rend pas “vrai entendant” : dans le bruit, ça reste du chinois ou du brouhaha incompréhensible, pour reprendre les propos d’Alice ! Et oui, l’implant n’est pas une oreille ! Il ne suffit pas de le mettre pour réparer ce qui est déficient ! Il n’entend absolument pas comme un entendant. Mais il lui permet de s’approprier suffisamment de vocabulaire et de maîtrise du français quand il est en situation optimale d’écoute pour pouvoir pallier en partie aux limites des appareils auditifs (implant compris) dans de nombreuses situations comme dans le bruit, à la piscine, en groupe … Il donne alors l’illusion d’entendre comme une personne entendante. Mais les confusions restent fréquentes et il doit énormément compenser et se concentrer pour pouvoir suivre le monde sonore qui l’entoure. Son entourage ne s’en rend pas souvent compte, car il ne veut pas le montrer, mais les difficultés sont là au quotidien et lui demande beaucoup d’énergie ! Alors arrêtez de penser que l’implant rend un sourd “entendant”. Il lui donne simplement des outils supplémentaires pour appréhender un monde sonore omniprésent dans notre société, mais il reste avec l’empreinte de sa surdité à chaque instant ! Quant au nombre de séances d’ortho, tout dépend de l’évolution de l’enfant. Il est vrai que l’implant va l’aider au niveau de la prononciation et cela lui demandera donc moins de travail à long terme, tout comme l’appropriation du français. Donc un enfant implanté assez tôt n’aura pas forcément besoin de séances d’orthos tous les jours car il évoluera souvent (pas toujours !) plus vite dans sa construction de la langue (objectif premier des orthos !). Si par contre un enfant est en établissement spécialisé du fait d’une évolution plus lente ou des besoins spécifiques, il recevra généralement plus que 2h par semaine, qu’il soit implanté ou non (si le service a son quota de pros, ce qui est très difficile en ce moment !). Pour finir, je suis myope et si on me dit qu’un appareil aussi performant que mes lunettes existe pour les oreilles, alors je suis preneuse pour mon fils ! Mais à ma connaissance, cet appareil n’existe pas encore !

  7. Alice dit

    Bonsoir AL, ce n’est pas moi qui pense que l’implant rend entendant les sourds. Je parlais des demi-sourds qui peuvent devenir entendants grâce à un appareil auditif, extérieur ou intérieur. (Ces demi-sourds sont des personnes qui peuvent déchiffrer les sons, les voix, les notes musicales, etc mais le niveau de l’ouïe est trop bas, alors ils utilisent un appareil pour simplement augmenter le son).

    Hier soir tard, j’avais mis un nouveau commentaire à la suite de mes deux autres ci-dessus pour apporter plus de précisions mais il ne s’est pas affiché ici… A-t-il été censuré ? Je remets donc le commentaire ici

    “Hmm, quand je relis mon texte ci-dessus, ça n’apparaît pas très clair… Je voulais dire que les promoteurs, pour prouver l’utilité et l’efficacité de l’implant cochléaire, exploitent les bons résultats qu’apportent des patients opérés… qui étaient naturellement des demi-sourds. Ils ont bien sûr aussi opérés des vrais sourds mais bien évidemment ils omettent de parler de ceux-ci, parce que oui ces sourds-ci se mettent à entendre des sons mais disent finalement que ça reste toujours du chinois… Je me souviens d’un reportage qui a confirmé ce que je craignais, une fille et un garçon, tous deux opérés, ont “timidement” admis qu’ils entendent plein de sons mais heuuuu ça les a pas transformé en vrais entendants comme les milliards d’entendants sur Terre ni même en demi-sourds. Exactement comme si ce qu’ils portent dedans est un simple appareil auditif extérieur.”

    AL, l’appareil vraiment efficace à porter pour un sourd c’est un petit écran portatif ou sous forme de lunette et qui affiche en surimpression des sous-titres en temps réel devant les yeux quand on vous parle. Ca existe déjà au Japon sous forme de prototype et il y est utilisé par les entendants pour traduire en texte japonais ce qu’un anglophone dit au porteur japonais.

    Ce n’est pas pour nous pour le moment mais espérons qu’on n’a pas à attendre trop longtemps…

  8. Alice dit

    Et excuse-moi AL mais on peut aussi progresser vite dans l’oral avec un simple appareil auditif extérieur et des séances pas si nombreuses que ça d’ortho. Moi-même porteuse de ces appareils jusqu’à mes 15 ans, j’ai pu parler “couramment” à 8 ans : ) La MOTIVATION de l’enfant est primordiale, il doit absolument avoir très envie de parler, ça marche plus facilement.

    1. Alice dit

      Et je précise que si l’enfant n’a pas spécialement envie de savoir parler, il ne vaut pas mieux pas aller plus loin et sachons le laisser tranquille parce que toujours vouloir le pousser à parler ne ferait que le faire souffrir. Ce n’est pas grave parce qu’il y a aussi la LSF et l’outil stylo/papier, ce n’est donc pas un drame.

      1. Alice dit

        P.S. : correction ci-dessus : “il ne vaut mieux pas aller plus loin”…

  9. sylvie dit

    AL,je suis d’accord avec vous,un implant ne remplace pas l’oreille naturelle (arrêtez de penser que l’implant rend un sourd “entendant” écrivez vous),tout à fait vrai!!!,le père de mon propre ami qui est un devenu sourd a été implanté il y a 6 ans,il a très bien expliqué à son fils ,mon ami de très longue date (lui-même sourd sévère dès l’enfance) de la différence entre l’implant et l’audition naturelle ainsi que le contour d’oreille numérique (il a connu les 3)…Marie n’a rien compris!.Un sourd y compris implanté aura toujours besoin d’orthophonie pour parler,sans orthophonie,un enfant implanté ne parlera jamais oralement(c’est ça qui fait toute la différence avec les vrais entendants!),j’ai rencontré des adultes sourds implantés dans l’enfance,tous ne parlent pas tous(certains parlent et d’autres pas du tout!).AL,tu es un papa réaliste et j’apprécie votre commentaire!…

    1. sylvie dit

      ou une maman réaliste AL ?

      1. AL dit

        Une maman !!! Merci pour ton message.

        1. sylvie dit

          Bonjour AL
          merci pour ton remerciement, je suis une maman sourde d’un garçon entendant de 9 ans qui travaille avec d’autres mamans de petits sourds(je suis professeur de LSF, bilingue français oral et LSF)…en ce moment,j’ai une grand mère et une tante d’une petite fille de 3 ans implantée (elle “entend” un petit peu avec son implant,elles aussi sont du même avis que toi),toutes les deux très sympathiques et une maman de deux enfants malentendants…ma présence leur rassure énormément…et le support visuel dans la communication (LSF OU LPC) sont vraiment les bienvenus pour tous les sourds,la lecture labiale pure à la longueur de la journée est très fatiguante (j’ai connu cela car j’ai vécu l’oralisme pur sans LSF ET LPC),donc la LSF est un excellent complément à la langue orale et la LPC est une lecture labiale visualisée mais n’a pas le même confort que la LSF(j’ai découvert la LPC il y a presque 20 ans,à mon travail)…mes parents n’ont pas eu la chance d’apprendre la LSF et ne connaissent pas la LPC,je vois les conséquences en matière de la communication avec mes propres parents et proches.Bonne journée à toi et un p’tit bonjour à ton fiston!!!(demain,j’interviendrai dans la classe de mon fils pour un atelier LSF,beaucoup d’enfants y sont intéréssés,c’est vraiment super!,la maîtresse est vraiment chouette)
          Sylvie

  10. Alice dit

    AL, comme Sylvie je vous trouve réaliste, vous avez bien compris parce que vous vivez la situation pour de vrai.
    Mais j’aimerais, si vous permettez, vous écouter et savoir à quoi vous, personnellement, vous attendiez concernant les bénéfice qu’apporterait l’implant cochléaire quand votre fils n’était pas encore implanté.

    1. AL dit

      Merci Alice pour ces remarques et informations.
      Je suis en effet tout à fait d’accord avec vous sur le fait qu’on peut très bien parler en portant de “simples” audioprothèses. Le problème est que ces dernières ne pourront pas donner les perceptions suffisantes à toutes les personnes sourdes qui les portent. L’implant devient alors le seul moyen de faire passer des infos sonores pour certaines d’entre elles. Certaines personnes avec une surdité profonde pourront avoir de perceptions suffisantes avec des contours classiques. Certaines personnes avec une surdité sévère ne le pourront pas. Chaque cas est particulier et l’implant ne sera du coup pas proposé d’office ! Il est uniquement proposé quand l’évaluation de la récupération auditive avec audioprothèses montre que l’implant pourrait donner un gain nettement supérieur.
      Sinon, concernant nos attentes avant l’implant : nous l’envisagions comme un outil supplémentaire mis à sa disposition pour appréhender son environnement. Certaines infos sonores pourraient passer avec l’implant, pourquoi l’en priver ? Elles ne viendraient que renforcer les infos visuelles que nous investissions +++, puisqu’il est sourd ! Je pense qu’il ne faut pas tout miser sur l’implant, car on serait obligatoirement déçu car il ne supprime pas la surdité. Alors, si on envisage l’implant comme étant UN outil (et pas LE seul) parmi d’autres, on peut se laisser surprendre positivement par les résultats. Il faut, je pense, donner tous les moyens adaptés possibles à l’enfant en étant très vigilant au mal vécu possible de certains de ces moyens et ainsi les réajuster en permanence en fonction de ce qu’il peut en faire.

      1. Alice dit

        Merci à vous aussi d’avoir voulu me répondre et m’expliquer : )

        C’est très clair ce que vous dites et je suis d’accord mais je continue à croire que l’implant cochléaire est “efficace” uniquement pour les demi-sourds. Je conçois qu’un sourd peut peut-être entendre certains sons uniquement grâce à l’implant mais ces sons-là ne valent pas qu’on prenne les risques… Un prothèse extérieur est suffisant par rapport à l’implant pour ce que sont les sons que nous percevons en général… Et puis on pourrait aussi bien s’en lasser (de ces sons qui nous émerveillent au début) au bout de quelques années. Les sourds, je pense, se lassent des sons qui se révèlent finalement pas si intéressants que ça et tellement répétitifs (sauf la musique). C’est pour ça que beaucoup de sourds enlèvent leurs appareils auditifs après l’adolescence. Nous ne voulons plus nous contenter d’entendre “bêtement” mais entendre pour de vrai une belle voix de chanteuse talentueuse ou un chant d’oiseau ou la voix de sa mère et là, nos appareils y échouent. Et en plus à l’âge adulte on peut parler sans porter d’appareil.

        Mon petit ami entendant est un vrai myope mais il voit bien avec ses lunettes, fort heureusement et ce n’est pas la peine qu’il prenne de risque en choisissant une opération laser qui n’est pas sans risque, moi je ne veux pas de ça pour lui. Je préfère ses lunettes même si elles rapetissent ses yeux (illusion optique). Les vrais sourds peuvent continuer avec un simple appareil s’ils le souhaitent…, les demi-sourds aussi et il est inutile de prendre de risques, c’est stressant.

        Mon avis est que l’implant cochléaire ce n’est pas la peine, trop radical, trop de risques, pour ce que ça peut apporter… (Surtout quand on sait qu’on y opère des tout-petits et des jeunes. Un adulte mûr et responsable qui prend la décision de se faire opérer, il fait comme il veut.)

  11. Alice dit
  12. Alice dit

    Bonsoir Sylvie et AL,

    La LPC, je viens de voir ça sur le net et je ne trouve pas ça évident, au premier abord…
    J’étais bilingue et je suis redevenue monolingue (langue française orale)…
    Alors quand je retrouve un ancien camarade de classe sourd, je me débrouille comme je peux avec mes mains et heureusement tout en signant, l’ami articule ses lèvres en plus et ça m’aide à le comprendre.

    Je peux affirmer que la LSF est comme une bouffée d’air frais !!

    Au bout de 15 ans passés à lire sur les lèvres, j’en suis moralement et physiquement un peu fatiguée et maintenant je recherche à renouer avec la LSF.

    Moi aussi j’ai le malheur que mes parents et tout mon entourage ne pratiquent jamais la LSF. Ce qui a créé des conséquences… On n’a pas idée comme je me sentais très isolée !, coincée dans ma bulle alors que j’étais de nature bavarde et ouverte. Depuis que je parle couramment et proprement, je peux bavarder avec mes parents et mes proches qui me trouvent enfin très intéressante. On peut dire qu’ils regrettent beaucoup de ne pas avoir fait LSF avec moi dans mon enfance.

    AL, c’est très bien que votre fils sache bien parler mais ça ne doit pas vous dispenser d’apprendre la LSF, car même si l’oral peut l’aider dans l’avenir, l’enfant, en plus d’aimer parler avec la voix bien évidemment, le fait surtout pour faire plaisir aux proches entendants et parce qu’il n’a pas le choix sachant qu’il évolue dans un monde très majoritairement entendant, c’est logique et puis il faut savoir que communiquer par l’oral ce ne sera jamais vraiment naturel pour lui-même. Mais en retour les proches doivent faire le MEME effort, rien que pour faire plaisir au petit sourd, un peu aussi une manière de lui dire merci d’avoir appris à parler et surtout lui permettre d’être tel qu’il est, un humain sourd et non comme un extra-terrestre flottant entre les deux mondes, l’un entendant et l’autre sourd. Parce que c’est ce que je me sens, toujours entre deux mondes, en ce moment et depuis longtemps.

    Il y a eu des moments de doute où je me demande si j’avais choisi de me taire, ma famille serait bien embêtée et obligée d’apprendre à signer tôt ou tard si elle veut communiquer avec moi. Car oui comme je parle bien et que je sais lire sur les lèvres même quand c’est tant bien que mal, y pense plutôt qu’y a pas besoin d’apprendre LSF, c’est injuste pour moi qui suis fatiguée et qui en a marre de flotter entre deux mondes.

    En tout cas, la LSF est OBLIGATOIRE dans les premières années de l’enfant car il ne sait encore ni lire, ni écrire, ni lire sur les lèvres, ni parler le tout correctement pour éviter de l’isoler dans sa bulle à s’ennuyer comme pas possible dans sa propre famille et ailleurs. Le tout petit est super à l’aise et heureux de comprendre quand il est entouré de gens qui signent et ça participe beaucoup à son éveil.

    1. sylvie dit

      Alice,
      On a beaucoup de points en commun,nos parents n’avaient jamais eu de proposition d’apprendre la LSF contrairement à maintenant,je répète à ces parents qu’ils ont de la chance de venir apprendre la LSF…par contre l’histoire bilingue -monolingue ,cela m’est arrivé mais pas à la même époque…dans l’enfance…pourquoi? d’abord,j’ai été dans le monde oraliste où ma mère et moi mimions ou inventions des gestes,et une communication fusionnelle avec mon frère quasi-jumeau entendant…peu avant la naissance de ma soeur,l’orthophoniste ne voulait plus de moi sans qu’on sache pourquoi,ma mère m’a mise en pension en institut pour sourds sous conseil de cette orthophoniste et des ORL,là j’ai découvert en internat la LSF clandestine où les enfants sourds signaient dans la cour et qu’en classe,il était exclusivement oraliste (c’était la même école où j’ai parlé de la religieuse qui m’a fait un test des deux phrases,où on avait orthophonie tous les jours)…en désaccord avec l’école,je me suis réintégrée en école ordinaire avec mon frère quasi-jumeau et CP en orthophonie(vraie grande section et CP en même temps)…puis grâce à la radio qui informait la création d’une classe unique destinée aux enfants malentendants,j’ai été dans cette école en semi-intégration (intégration sauvage le matin et classe de sourd l’après midi) mais là,c’était aussi exclusivement oraliste…pendant 5 ans,ça a été un trou de la LSF,j’avais complètement oublié la langue des signes…et puis j’étais à nouveau pensionnaire dans une autre école pour sourd où on signait partout en internat et en classe,ça a été un bain de la LSF,(avec recul,à 40 ans,je me rend compte qu’il vaut mieux conserver la LSF continuellement même si l’enfant parle que de réeapprendre la LSF)…alors que mon cerveau savait que j’avais appris la LSF toute petite,je le sentais en moi…ado,ça a été très difficile pour moi d’accepter le monde de sourd ayant été plongée dans le monde entendant pendant 5 ans après avoir été arrachée du monde de sourd petite qui faisait partie de mon monde pendant 2 ans…j’avais le sentiment d’être un pion d’échiquier,on me mettait là et là et là,c’était le perpétuel déménagement scolaire…j’ai vécu la violence du choc culturel que je ne souhaite à personne de le vivre ce que j’ai vécu,c’était à double tranchant,la communauté sourde me rejetait car je venais d’une communauté entendante et moi,je les rejetais aussi inversement…les enfants,pour la confrontation des deux cultures,ils ne sont pas prêts pour ça!…et j’ai mis plusieurs années à accepter la LSF,c’est vers 18 ans que je vois l’avantage d’avoir deux cultures et deux langues…maintenant j’assume pleinement ma bi-culture et mon bi-linguisme,je jongle avec plaisir les deux mondes,c’est devenu mon monde à moi,c’est pourquoi pour beaucoup de gens que je rencontre,ils me trouvent “spéciale”car je comprends le monde entendant et je comprends le monde sourd tout en assumant ma surdité totale et cela au naturel (ça c’est mon choix).à mon travail,bien que la plupart des parents sont pro-implant cochléaire,ils sont aussi pro-LSF pour les tout petits,c’est déjà un pas de gagné pour le respect de l’enfant sourd…je conseille ces parents de ne JAMAIS ARRÊTER LA LSF UNE FOIS APPRISE,c’est un bon moteur linguistique et pourquoi arrêter?c’est vraiment dommage!.Je trouve que c’est un magnifique luxe d’avoir deux langues et deux cultures en étant une personne sourde d’où pourquoi j’aimerai voir un développement sérieux des écoles ordinaires à classe bilingue(LSF / FRANÇAIS) pour les petits sourds,c’est une grande porte à la grande ouverture d’esprit!.

      1. Alice dit

        Oui, moi aussi j’ai été ballotée entre plusieurs méthodes et univers différents… Je comprends très très bien votre histoire.

        Vous dites que les parents de maintenant sont pro-LSF et qu’ils l’apprennent pour les touts-petits, c’est FORMIDABLE, j’en suis heureuse.

        1. sylvie dit

          et mieux encore,2011 a été une année de participation familiale :une maman,une tante et une grand-mère de la même famille!!!…depuis 5 ans,à peu près,de plus en plus de grands-parents viennent apprendre la LSF pour son petit-fils ou petite fille…en 11 ans d’enseignement de LSF dans cette boîte,c’est formidable comme évolution!

  13. Alice dit

    Mon texte est super long, désolée lol

    C’est pour informer, j’espère que mon texte est utile pour vous et pour les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.