A la une

Bordeaux 1 soutient les jeunes handicapés

Une convention, signée récemment avec des groupes industriels, permet d’aider les étudiants pénalisés par un handicap.

Théodora Ehanno, interprète diplômée en Langue des signes Française et Alioune Fall, étudiant sourd, commence une thèse à Bordeaux 1.

D’origine sénégalaise, Alioune Fall est sourd depuis l’âge de 6 mois. Aujourd’hui, il entame une thèse sur la logistique inversée, la performance, le recyclage et le traitement des déchets à l’université de Bordeaux 1. On imagine les difficultés posées par le handicap. Difficultés qu’une toute nouvelle convention de coopération va tenter d’effacer.

Cette dernière, signée récemment, unit l’université à trois groupes de haute technologie : le CEA, Snecma Propulsion Solide, et Thales. Elle permet d’accompagner les étudiants en situation de handicap à travers une aide au travail personnel, des actions de sensibilisation et une assistance dans l’insertion professionnelle. Pour atteindre ces objectifs, les partenaires contribuent au financement d’une bourse de thèse pour l’étudiant.

« Sans ce soutien, je n’aurais certainement pas pu faire ma thèse, les laboratoires m’auraient refusé, raconte Alioune par l’intermédiaire de Théodora Ehanno, interprète diplômée en Langue des signes française. Dès le début de ma scolarité, c’était très compliqué avec les entendants de mon école, j’avais besoin d’interprètes. Mais, par la suite, on a appris à se connaître, la communication s’est faite par un jeu de mimes. Je n’ai jamais lâché, ma mère et mon oncle m’ont forcé à aller jusqu’au bout. D’abord le baccalauréat, puis une licence et comme j’étais frustré de ne pas trouver de travail, j’ai repris mon cursus universitaire. » Aujourd’hui, l’étudiant vise un bac +8.

Julien François, co-encadrant de la thèse, se réjouit de travailler avec Alioune : « Il était l’un de mes étudiants, je connais bien son handicap et on sait travailler ensemble sans difficulté. Il lit sur mes lèvres, on arrive à échanger et quand il y a de grosses réunions de travail on fait appel à un interprète ». Les effectifs des étudiants handicapés ont doublé en dix ans. Malgré cela, ils ont davantage de mal à gravir les cycles universitaires que les étudiants valides.

Source : http://www.sudouest.fr © 11 Janvier 2012 à Bordeaux

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.