La main des sourds

Aider à l’insertion des sourds

Georges Girin, président de la maison des sourds

Pourquoi votre engagement auprès des sourds ?

Mon milieu familial bourgeois, ne me prédisposait pas à ce militantisme social. Mon frère sourd, la découverte d’une association, la rencontre avec mon épouse sourde m’immergent dans ce monde. Secrétaire de la Maison des sourds de Paris, directeur de la Fédération nationale, secrétaire francophone de la Fédération mondiale, c’est naturellement que muté professionnellement à Pau en 1974, je fonde ici la Maison des Sourds que je préside toujours dans le local attribué par André Labarrère.

Vous créez une nouvelle activité avec les jeunes sourds ?

Nous voulons aider à l’insertion familiale, sociale et professionnelle et promouvoir la langue des signes française (LSF). Notre commission jeune a développé des sports en compétition. Elle a travaillé sur l’insertion professionnelle. A l’initiative de nos jeunes – ceux de la génération de l’intégration complète – elle redémarre des actions pratiques. Avec « Adosigne », ils organisent des cours adaptés de soutien scolaire, pour le maintien en milieu ordinaire des plus jeunes.

Quel bilan tirez-vous ?

Je retiens l’esprit d’ouverture. L’entendant veut montrer ses connaissances. Avec le sourd, à sa hauteur, on va à l’essentiel. Les sourds ne sont pas muets. Ils sont très bavards. Les nouvelles générations, passent indifféremment de la langue des signes à l’expression orale. Ils modifient les conditions de vie, comme cette adhérente privée de son poste de travail parce qu’elle n’entend pas la sonnerie de sa machine. Le bricolage d’un signal visuel – vite généralisé par l’entreprise – lui permet de le garder. « Ce ne sont pas les sourds qui n’entendent pas, ce sont les entendants qui n’écoutent pas ».

Maison des Sourds 66 rue Montpensier Pau.

Tél : 09 75 51 74 69 www.maisondessourds.fr

Source : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/ © 20 Janvier 2011 à Pau

1 commentaire
  1. Noureau Isabelle dit

    Tristement vrai mais le monde des entendants est plus important et nous sommes une minorité. Et ça leur demande de faire des efforts. N’oublions pas que la surdité est un handicap partagé, et tant que les entendants ne comprendront pas cet pensée, on évoluera que très lentement. Seul un leader entendant peut faire avancer les évolutions avec notre soutien évidemment. Bravo M Georges Girin pour votre bel ouverture d’esprit et votre combat Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.