La main des sourds

Castres. Les vœux du maire seront traduits en langue des signes

À la demande d’une association locale de sourds et malentendants, les vœux du maire à la population demain soir seront traduits en direct en langue des signes.

C’est une première. Demain soir, les traditionnels vœux du maire à la population, qui se déroulent au parc des expositions à partir de 18h30, seront traduits en langue des signes pour les sourds et malentendants. C’est le président d’une association locale qui défend l’intérêt des déficients auditifs qui a glissé l’idée au maire. Car si certains arrivent à lire sur les lèvres, il était compliqué de suivre le discours de Pascal Bugis sur la scène du parc des expositions, même s’il est retransmis simultanément sur des écrans géants. Et l’idée a évidemment séduit la municipalité.

« C’est un pas de plus pour l’accès des vœux à toute la population », indique-t-on en mairie qui précise qu’un « carré » était déjà réservé pour les personnes handicapées au pied de la scène. Le cabinet du maire s’est donc mis à la recherche d’un traducteur qui sera filmé par une caméra supplémentaire et dont l’image sera incrustée sur les écrans géants. Et le bouche à oreille a permis de contacter Catherine Steib, ancienne commerçante castraise, aujourd’hui domiciliée à Perpignan et qui fait partie de l’association Apida 66 qui a pour but d’aider les déficients auditifs dans leurs démarches d’insertion sociale, scolaire, professionnelle et culturelle. « Cela se fait de plus en plus de traduire les discours pour les habitants sourds ou malentendants » se réjouit Catherine Steib qui a appris la langue des signes, après une formation de 2 ans, car ses parents sont sourds. Cette traductrice, qui donne aussi des cours, est donc régulièrement sollicitée pour traduire en direct des discours ou interventions. « Je vais faire les vœux du président de l’agglomération de Perpignan prochainement et je le fais souvent aussi pour des colloques », indique-t-elle ravie de ces initiatives qui prouvent la volonté d’intégration des sourds et malentendants dans la vie quotidienne alors que jusque-là beaucoup avaient tendance à se replier sur eux-mêmes. « Il y a de plus en plus de jeunes implantés ou appareillés qui font des études et qui s’intéressent à la vie de leur ville ou à la politique », indique-t-elle rappelant aussi au passage le poids électoral des 2 millions de déficients auditifs en France. Et même si elle est capable de traduire « à l’arrachée », Catherine Steib préfère quand même avoir une trame des discours avant. « La syntaxe est différente du français, tout est imagé donc j’aime bien pouvoir avant lire et intégrer certains termes trop techniques ou les noms propres », explique-t-elle en attendant le discours du maire de Castres.

Source : http://www.ladepeche.fr © 4 Janvier 2011 à France

1 commentaire
  1. mutuca dit

    je trouve l idée geniale mais cette personne n est pas interprete en langue des signes elle connait la langue des signes qui pour moi est différent pourquoi pas faire appel à des professionnels interprete en langue des signes

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.