La main des sourds

Castéja sans les sourds ?

La création d’un centre de ressources pour malentendants ne figurera pas au cahier des charges imposé à l’acheteur. L’association de sauvegarde est déçue.

Pas de maison pour les sourds peut-être mais la statue de l’Abbé de l’Épée et le langage des signes ne disparaîtront jamais

Le centre de ressources pour sourds et malentendants dans l’ex hôtel de police de Castéja a du plomb dans l’aile. Contrairement à ce qui avait été promis aux porteurs du projet, l’obligation de créer ce centre ne figurera pas au cahier des charges imposé à l’acheteur de l’immeuble.

Soutenu par l’association de sauvegarde des bâtiments de l’ancienne institution nationale des sourdes muettes et plusieurs associations proches des malentendants (celles reliées à la maison des sourds, au centre représentatif des identités sourdes, Visuel, Signes et d’autres), ce projet a été lancé pour perpétuer l’histoire des lieux.

Ici, à deux pas de la place Gambetta, l’Abbé de l’Épée a créé le premier institut national pour sourdes et muettes de France. Comme en témoignent encore la statue géante du fondateur au-dessus de la porte d’entrée et le langage des signes gravé tout au long de la façade principale.

Le centre de ressources réunirait toutes les associations et offrirait un lieu de rencontres aux 9 000 sourds et 76 000 malentendants de la Gironde. 400 m² au minimun semblaient nécessaires pour des bureaux et salles de réunion.

3 000 signatures

À la suite de nombreuses démarches, les associations avaient obtenu le soutien total de la Ville et même de la Préfecture. Ce qui avait abouti à la promesse d’inscription au cahier des charges. Les choses traînant un peu, l’association de sauvegarde a relancé la machine l’été dernier en mettant en ligne une pétition. 3 000 signatures ont été recueillies en quelques jours, des signatures venant de tous les continents.

Ce début de semaine, les associations ont été réunies à la préfecture pour faire le point sur le dossier avec les représentants de la Ville et divers services comme l’agence régionale de la santé. C’est là qu’elles ont appris que le projet ne serait pas imposé aux promoteurs.

« Le projet ne peut pas figurer au cahier des charges car il n’est pas suffisamment solide. Il y a une réelle volonté mais aucun document, aucune étude ne présente clairement les choses sur le plan juridique, sur le plan technique et sur le plan financier », note Elizabeth Touton, adjointe au maire de Bordeaux présente à la réunion.

« Les procédures sont complexes. Sans personne pour nous éclairer, il nous est impossible de constituer un dossier solide » répond Claude Ribéra-Pervillié présidente de l’association de sauvegarde. « Voilà pourquoi, poursuit-elle, nous avions demandé une réunion de travail à la mairie pour étudier le dossier. Nous avons toujours été accueillis gentiment mais cette réunion ne nous a jamais été accordée. »

Tout n’est pas perdu

La présidente est donc fortement déçue. « C’est un rêve qui s’effondre ». Pour Elizabeth Touton, il ne faut pas dramatiser. « Tout n’est pas perdu, dit-elle. Le projet demeure. Il y aura toujours la possibilité de rencontrer les acquéreurs de l’immeuble et de travailler avec eux. »

Les associations pourraient fort bien tenter aussi de rattraper le train en marche. Avec l’aide d’experts, le dossier plus solide souhaité par la préfecture peut se réaliser en quelques jours et être transmis en urgence au préfet.

Source : http://www.sudouest.fr © 16 Décembre 2011 à Bordeaux

3 commentaires
  1. do dit

    tres decu!!!on continue de combattre aux dossiers des associations etc…soutenez vous aux associations de bordeaux?! combattez vous toujours!!

  2. do dit

    toujours ne pas jamis abandonner à l’ecole des sourds!!!c’est important

  3. Oli Klep dit

    Ainsi non content d’avoir “spolié” peu après la dernière guerre un tel édifice destiné aux jeunes sourdes sur la base de la mauvaise foi et d’un décret obscur qui n’avait même pas force de loi, l’Etat républicain refuse pour l’instant de restituer fut-ce de façon symbolique une portion congrue de ce bâtiment emblématique aux sourds. Décidément ça ressemble un peu à une indifférence acharnée envers les sourds bordelais…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.