Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Exhibition et attouchements sur des fillettes : un Troyen incarcéré

Un Troyen sourd et muet a été incarcéré hier, condamné à trente mois de prison dont quinze ferme

« Je dois être puni, je dois aussi être soigné ». En costume noir, Henni, un Troyen de 34 ans, salarié, s’exprime dans la langue des signes, grâce à deux interprètes qui se relaient. Il est sourd et muet. Comme l’ont souligné les experts, son handicap est – plus qu’il n’y paraît – en lien avec les faits qui lui sont reprochés : des exhibitions sexuelles infligées à deux fillettes et des agressions sexuelles imposées à deux autres, toutes les quatre âgées de 8 et 9 ans.
Henni a bien essayé d’avoir des relations avec les femmes mais « ça s’est toujours mal passé ». Depuis, il dit préférer vivre seul. Mais sans famille dans l’Aube, la solitude lui pèse… Alors, Henni admet avoir saisi toutes les occasions pour se faire amicalement « adopter » par des mères de famille. Elles furent trois.
Si Henni sympathisa avec elles, il confie avoir éprouvé une « attirance incontrôlable » pour leurs filles. Sans rien deviner, les mères l’avaient invité après une fête ou un dîner à passer une nuit dans la chambre d’amis.
« Attiré par l’interdit »
Il se serait toujours débrouillé pour se trouver ensuite là où la fillette dormait… « J’ai vu l’enfant endormie et ça a provoqué un déclic en moi », confie le prévenu qui n’en finit pas de demander pardon. Le scénario aurait toujours été le même. Il aurait réveillé la fillette, lui aurait montré son sexe en lui demandant de le toucher. Il y a d’abord eu Claire*, fin 2008, puis en 2009, deux sœurs, Agathe* et Léa*, ainsi que Pauline*.
À Léa, il aurait réussi à enlever son pyjama et à se frotter contre elle. Fin 2009, parce que la mère de Claire lui avait envoyé un e-mail précisant qu’elle avait reçu les confidences de sa fille, qu’elle lui interdisait de revenir chez elle, le qualifiant de « pervers et dangereux », Henni est allé se dénoncer au commissariat. Dans le même temps, la mère de Pauline lui adressait des reproches identiques en soulignant les troubles d’une fillette qui « avait désormais peur des hommes et ne dormait plus ».
« C’était plus fort que moi, j’étais attiré par cet interdit », confie le prévenu en battant sa coulpe. Henni affirme aller beaucoup mieux au fur et à mesure qu’avance la psychothérapie qu’il a entamée fin 2009.

« Préméditation »
Les avocats des parties civiles n’ont pas manqué de brandir un élément de son passé pour dénoncer « la personnalité inquiétante » et la « dangerosité pédophile » d’Henni. En 2008, il avait été condamné pour avoir pris des photos de fillettes dans les cabines de déshabillage de la piscine des Chartreux, en passant son appareil photo sous les portes…
Les parents des fillettes, parties civiles, ont eu des mots très durs dénonçant « un homme manipulateur qui joue de son handicap pour amadouer les gens puis les trahir. Il a prémédité tous ses agissements sur nos enfants ». « Plus que de pulsions, il s’agissait d’un véritable mode opératoire », ont surenchéri Me Plotton, Me Rocher et Me Malausséna, demandant « une condamnation exemplaire ». « Il a une dangerosité en lui et il aura toujours ses pulsions », a insisté Vincent Jacquey, substitut du procureur avant de commenter : « Dans cette affaire, on est vraiment dans la préméditation. À chaque fois, il a mis tout en place pour se retrouver chez ses futures victimes et les agresser à leur domicile. De là, ces enfants ne se sentent plus en sécurité nulle part ». Il a requis dix-huit mois de prison dont dix ferme. Sans mandat de dépôt.
Me Stanislas Colomès a plaidé l’indulgence : « Mon client assume ses responsabilités et prétendre qu’il profiterait de son handicap est franchement déplacé. La solution serait qu’il puisse trouver une vie affective stable ». Le tribunal, sans concession, a condamné Henni à trente mois de prison dont quinze ferme et a prononcé un mandat de dépôt.

* Les prénoms ont été modifiés pour protéger l’anonymat des victimes mineures

Source : http://www.lest-eclair.fr © 12 Octobre 2011 à Troyes

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.