Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Des sourds interdits d’avion

Tôt lundi, un groupe de sourds ou malentendants se sont vus refuser l’embarquement d’un vol Air Méditerranée à cause de leur handicap. Pour des raisons de sécurité, a argumenté le pilote.

L’aéroport de Marseille, la nuit de dimanche à lundi. Un groupe de 23 personnes s’apprêtent à embarquer sur un vol Air Méditerranée. Destination, la Turquie pour des vacances. Au dernier moment, alors que leurs valises sont déjà parties en soute : une personne de la compagnie leur explique qu’ils ne peuvent pas monter à bord de l’avion. Le commandant de bord leur en refuse l’accès. Motif : la plupart des membres de ce groupe sont sourds ou malentendants.

Le pilote évoque des “raisons de sécurité”. Le groupe lui rétorque que ces personnes ont déjà voyagé en avion et qu’elles comprennent les consignes de sécurité. Le commandant de bord campe sur ses positions. “Les personnes sourdes entendent très bien avec les yeux, et de façon beaucoup plus attentive que d’autres passagers, explique à Libération, qui a révélé l’information Fabienne Guiramand, interprète en langue des signes, dont la mère faisait partie du groupe. Par exemple, quand des Chinois voyagent, ils ne comprennent souvent pas mieux les mots dans les cabines. C’est juste un problème de langue, pas de handicap.”

Toujours à Libération, la directrice générale d’Air Méditerranée Anne Loubet explique que la compagnie n’avait pas été prévenue à temps du handicap des voyageurs. “Les malentendants sont considérés comme des personnes à mobilité réduite, et nous devons mettre en place des personnels supplémentaires dans ces cas-là”. Selon Fabienne Guiramand, la législation indique que seules les personnes sourdes et aveugles sont considérées comme à mobilité réduite, or les 23 voyageurs n’étaient que sourd ou mal-entendant, ce qui explique pourquoi leur agence de voyage n’a pas prévenu la compagnie aérienne. Une plainte doit être déposée devant l’ex Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité désormais fondue dans le nouveau poste de Défenseur des droits.

Source : http://lci.tf1.fr © 21 Septembre 2011 à Marseille

1 commentaire
  1. Gérard Sanroma dit

    LA DICTATURE DE CERTAINS MEDECINS QUI NOUS INTERDISENT DE FAIRE DES CHOSES

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.