La main des sourds

Les Petits Loups font des signes

Michaële et sa fille une joyeuse complicité.

Votre bébé crie, pleure, hurle, fait des colères ? C’est qu’il essaie de vous dire des choses mais que vous ne comprenez pas tout. Alors, pourquoi ne pas utiliser au quotidien le langage des signes ? C’est ce qu’ont pensé Nathanaëlle Bouhier-Charles et Monica Copanys, deux mères françaises qui ont ramené d’Amérique du Nord le concept de “Signe avec moi”, un outil de communication par signes ingénieux, qu’elles ont adapté à la France en créant et en adaptant la “Langue des signes française”. Il ne s’agit pas d’un cours de linguistique, mais d’un apprentissage élémentaire du vocabulaire des signes : le geste est associé au mot, l’enfant entend le mot et le lie au signe. Cela aide le petit enfant à se faire comprendre, à exprimer ses besoins et ses émotions, à mieux-être compris.

A Espira, l’association Signe, Petit Loup vient d’être fondée par trois mamans, la présidente, Michaele Seroux, la trésorière, Séverine Oudot et la trésorière, Valérie Lafargue, qui exercent toutes une profession les mettant en relation avec l’enfance. Cette nouvelle association espiranenque, ouverte à tous, enfants, parents, grands-parents, propose sous forme d’ateliers ludiques, un apprentissage raisonné et progressif de ce langage des signes en abordant les différents thèmes de la vie quotidienne des “petits loups”, la nourriture, la famille, la toilette, la promenade, les émotions… Lors de chaque atelier, une animatrice apprend les signes de la LSF, en chantant, en jouant, en contant. Chaque atelier réunit 6 familles, et on y apprend une dizaine de signes par atelier. Une session d’apprentissage complète comprend 5 ateliers, “la journée du Petit Loup”, “Petit Loup lange, se lave et s’habille”, “Petit Loup et sa famille à la maison”, “Petit Loup se promène”, et enfin “Petit Loup qui rit, Petit Loup qui pleure”, et le travail de l’atelier se poursuit à la maison.

La toute jeune association espiranenque fera ses premiers pas à la rentrée : les deux premières sessions, sur 5 samedis, se tiendront les 10 et 24 septembre, les 8 et 22 octobre, et le 5 novembre, l’une le matin, l’autre l’après-midi, à la “Maison des frères”, près du couvent. A voir la complicité qui règne entre Michaele et sa fille Bahia, et leur joyeux échange muet, on ne peut qu’être tenté par une telle aventure.

Source : http://www.lindependant.fr © 4 Septembre 2011 à Espira-de-l’Agly

1 commentaire
  1. Chouaib Tabarani dit

    J’aime le loup. Surtout être grand !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.