La main des sourds

Pour gommer les différences

CHALON DANS LA RUE. DEPUIS 2007, LE FESTIVAL PREND LARGEMENT EN COMPTE LE HANDICAP.

Les handicapés sont les bienvenus sur le festival, comme le dit Anne Chevalme en langue des signes.

Quels que soient leur type et leur degré de handicap, toutes les personnes « différentes » peuvent bénéficier de dispositifs pour mieux apprécier le festival.

Chalon dans la Rue, ce sont des spectacles, du rire, de l’émotion, mais aussi une foule souvent dense et compacte, quasiment impossible à fendre en fauteuil roulant. Alors pour que festival ne rime pas avec parcours du combattant, dès lors que l’on est handicapé, l’équipe organisatrice s’est penchée dès 2007 sur le problème. Et de nombreuses solutions ont été trouvées. « Pour commencer, nous avons un accueil spécialement dédié devant le Carmel, avec notamment possibilité de parler en langue des signes », explique Anne Chevalme, responsable de la partie handicap pour Chalon dans la Rue. « Un clip de présentation sur Internet a également été tourné en langue des signes, un programme est disponible en gros caractères avec des pictogrammes présentant le degré d’accessibilité des spectacles suivant le type de handicap, et des parcours types ont été préparés en fonction de chaque handicap ».

Promenade Sainte-Marie, quinze places de parking sont par ailleurs réservées au public à mobilité réduite, et cinq fauteuils roulants, fournis par l’association des paralysés de France de Dijon, sont prêtés à ceux qui en font la demande. « Certes, les personnes lourdement handicapées ont leur propre fauteuil, mais ceux-ci peuvent aussi servir aux personnes âgées comme à toutes celles qui se fatiguent rapidement », précise Anne Chevalme. « Et qu’il s’agisse de structures ou de particuliers, nous pouvons aussi aller préparer le site pour faciliter l’accès, en amont d’un spectacle ».

Vers un label

Pour gérer et accueillir au mieux ce public, cinq bénévoles sont en permanence sur la brèche. « Et depuis 2007, les personnes et les structures concernées sont généralement bien satisfaites. D’ailleurs, certaines sont devenues des fidèles du festival ». Pour que cette prise en compte du handicap soit pleinement reconnue, Chalon dans la Rue court après l’obtention du label « Tourisme et handicap ». Un label national, qui lui fait encore défaut, « car les grilles d’obtention pour les festivals sont seulement en cours de validation », déplore Anne Chevalme. En clair, il faudra attendre au moins l’an prochain, et Chalon dans la Rue pourrait alors être le premier festival labellisé en France.

Pour tout renseignement sur le handicap et le festival, téléphonez au 03.85.90.88.87, rendez-vous sur www.chalondanslarue.com, ou directement devant le Carmel.

Trois spectacles autour ou « avec » des handicaps sont programmés cette année :

On wheels (Cie CIM) : Des fauteuils roulants itinérants, qui se parlent entre eux, qui se tournent autour. Le public est invité à tourner et danser et est amené à percevoir que les limites des uns peuvent être infinies chez d’autres.

Ceci 2.0 (Cie Fadunito) : Un spectacle qui veut démystifier la peur et la confrontation sociale devant un fauteuil roulant et le handicap. Par le jeu et l’interaction avec le public, on découvre l’âme et l’humanité de cet objet.

Juré craché (Cie Une de plus) : Un spectacle de marionnettes qui conte l’enfance d’une fratrie. Une invitation à la poésie avec ses marionnettes saisissantes d’humanité.

Retrouvez horaires et lieux dans le Journal de la rue.

Source : http://www.lejsl.com © 21 Juillet 2011 à Chalon

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.