A la une

L’asso des sourds et malentendants du 29-Nord

Michelle Abasq, vice-présidente de la nouvelle association, et Jean Mer, président de Surd'Iroise.

Des dissensions entre le siège de Sourdine, à Fouesnant, et ses adhérents du nord du département, ont conduit à la création, mercredi, à Plabennec, de Surd’Iroise.

Pour les adhérents de Sourdine, qui regroupe malentendants et devenus sourds du Finistère, les liens s’étaient fortement distendus entre Fouesnant, au sud, siège de l’association, et le nord, fort de 40% de ses membres. Jean Mer, ex-responsable de l’antenne de Plabennec, évoque ainsi «le refus du conseil d’administration d’ajouter à l’ordre du jour de l’assemblée générale deux questions pourtant formulées dans les délais prescrits (…), l’élaboration sans concertation d’un règlement intérieur inique mettant l’accent sur les devoirs de l’antenne nordiste mais éludant leurs droits (…), la tenue annuelle d’un conseil d’administration dans le nord ou le centre toujours rejetée (…), l’implication de nos adhérents dans les commissions d’accessibilité, recherche de financement dans la mise en accessibilité du Quartz et de quatre sites touristiques du département, et l’octroi de subventions sans que notre antenne en reçoive la moindre partie…».

Prothèse et langue des signes 

La coupe était pleine pour les adhérents nordistes regroupés au sein de l’antenne plabennecoise de Sourdine. Réunis en assemblée générale mercredi, ils ont désigné Jean Mer pour présider Surd’Iroise, nouvelle association de malentendants et devenus sourds du Nord-Finistère. «Nous avons de nombreux sujets àdéfendre», explique Michelle Abasq, vice-présidente, qui partage sa tâche avec Patrick Auffret, l’une oraliste, tandis que l’autre s’exprime en langue des signes (LSF). «Le premier point sur lequel nous allons travailler concerne les prothèses auditives. Une campagne nationale est actuellement menée, visant à faire baisser leur coût, ou augmenter leur remboursement par la sécurité sociale. Un combat relayé à l’Assemblée nationale par les parlementaires du nord du département». Autre point à l’ordre du jour, l’accessibilité dans tous les domaines y compris pour les signants. «Les besoins en interprète en LSF sont importants, explique Jean Mer qui poursuit. Nous manquons de moyens pour les former». Autant de doléances relayées auprès des institutions par le Bucodes (Bureau de coordination de devenus sourds et malentendants) et l’Unisda (Union nationale pour l’insertion des déficients auditifs).

Contacts Surd’Iroise, Jean Mer tél.02.98.40.45.01; Michelle Abasq tél.02.98.37.67.49.

Source : http://www.letelegramme.com © 4 Juillet 2011 à Plabennec

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.