La main des sourds

Elle transforme les paroles en signes

Laëtitia Tual sera la traductrice ce soir (19 h) de la chorale silencieuse, un récital interprété en langue des signes.

Culture La Fête de la musique propose, ce soir, de découvrir des concerts parfois étonnants

«Il y a dix ans, quand je disais que je voulais traduire des spectacles en langue des signes, on m’a prise pour une tarée », lance Laëtitia Tual. Et pourtant, ce soir, à l’occasion de la fête de la musique, Laëtitia participe à l’étonnante chorale silencieuse, interprétée en Langue des signes française (LSF). C’est à 19 h dans le jardin du Muséum d’histoire naturelle.
Cette Nantaise de 30 ans traduit des concerts dans toute la France. Et son éclectisme l’amène du hip-hop aux spectacles pour enfants en passant par le chant lyrique. Développer l’offre culturelle pour les sourds, cruellement absente en France, c’est la mission de l’association Tout Art et Culture qu’elle a créé en août 2009 avec Karine Bascougnano, plutôt axée sur la traduction d’événements en lien avec les arts visuels. L’association compte une dizaine de membres et a déjà 24 projets à son actif : des traductions de conférences au musée des Beaux-arts, dans le cadre du festival Hip Opsession, mais aussi la sensibilisation et l’initiation à la LSF des organisateurs et bénévoles sur certains festivals.

De la fougue sur scène
Plus que traductrice, Laëtitia est, sur scène, une artiste à part entière. Elle traduit les paroles en LSF et la mélodie en dansant. Sa gestuelle élégante, son énergie débordante, ses grimaces espiègles et sourires rayonnants transportent les spectateurs sourds et malentendants dans l’univers de l’artiste.
« Elle ne fait pas que du sous-titrage, elle a une vraie approche artistique, souligne le MC Mossah du groupe Djazafaz, avec qui Laëtitia a déjà fait une vingtaine de concerts. Elle suit mon flot, la rythmique. C’est très groove. Sa présence dynamise le jeu de scène et renforce les textes. Ce qui rend les spectateurs plus attentifs aux paroles. Certains nous disent même qu’ils ont l’impression de voir deux MC sur scène! »

découverte et apprentissage
Laëtitia Tual a découvert la langue des signes. Elle n’avait pourtant aucun sourd dans ses connaissances. Elle apprend cette forme d’expression via des stages et des vidéos. Et c’est en 2007 qu’elle traduit son premier concert. Celui du groupe les Malpolis, à Toulouse.

Source : http://www.20minutes.fr © 21 Juin 2011 à Nantes

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.