Malentendants : des mains pour se faire entendre

1

Le centre Gabriel-Deshayes organisait hier une journée de fête adaptée aux personnes souffrant de surdité. La fête des mains invitait même Shakespeare à se faire entendre…

Ce samedi soir, ils jouent Shakespeare. Interpréter « Roméo et Juliette » ne les effraie pas. Un pari relevé par six sourds et cinq entendants qui utilisent couramment la langue des signes. Ils sont réunis sous la bannière d’une troupe de théâtre, Signes en scène.

Hier soir, la troupe Signes en scène donnait une représentation mimo-gestuée de « Roméo et Juliette ». Un spectacle sans narration mis au point et en scène pendant de longs mois. Un pari réussi.

Depuis janvier, la petite troupe s’est attelée, à raison d’une répétition par semaine, au projet d’interprétation de « Roméo et Juliette ». Une pièce mimo-gestuée. Tout un art. La fameuse pièce de Shakespeare n’a pas été choisie par hasard. Magali Jeannès, professeur au Centre Gabriel-Deshayes, sait de quoi elle parle et de quoi il retourne : elle enseigne dans la langue des signes aux enfants sourds ou atteints de troubles du langage. « Nous avions, au début, choisi de jouer West Side Story, explique la jeune femme. Mais c’est surtout l’interprétation d’une histoire d’amour universelle qui a convaincu les uns et les autres. Le choix de Roméo et Juliette s’est imposé. La complexité du projet résidait dans le résumé du texte originel. Nous devions être le plus concis possible, ne rien omettre tout en restant clair pour le public ».

Aucune narration, sauf dans le prologue. La pièce ne se joue que par geste éminemment parlants. On se prend au jeu de cette gestuelle corporelle, aux regards qui en disent parfois plus longs que les mots.

La musique des mains

Pendant que la troupe peaufine, en une ultime répétition, son « Roméo et Juliette », au foyer des sourds du centre Gabriel-Deshayes, il règne une atmosphère de fête. De nombreux stands ont été dressés tout l’après-midi pour égayer cette quatrième « Fête des mains » adaptée aux sourds et malentendants. Du sur-mesure. On y découvre aussi des ateliers d’écriture ou de communication usant des nouvelles technologies électroniques. Des rendez-vous ludiques aussi : entre deux animations sportives, un petit détour par l’atelier mime s’impose : ici, sans mot dire, sous la houlette de Michel Indel, formateur en langage des signes, on joue à deviner qui est qui. Qui pratique quoi, de quel pays parle-t’on, de quel animal s’agit-il Ici, on s’amuse franchement en improvisant.

Pourtant, le langage des mains ne s’improvise pas. Pour les sourds et malentendants, c’est une partition de musique qui s’apprend et se partage. « La fête des mains que nous avons lancée en parallèle de la Fête de la musique, intervient Françoise Le Poher, (association des Sourds du Morbihan), est l’occasion de réunir quelque 200 personnes venues du grand Ouest sur un rendez-vous festif intergénérationnel. L’association regroupe aujourd’hui 106 personnes. C’est un moment fort, incontournable pour nous tous ».

Source : http://www.ouest-france.fr © 19 Juin 2011 à Auray

1 COMMENT

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.