La main des sourds

Le tribunal d’Evry condamne 4 ex-salariés d’un institut pour jeunes sourds

Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel d’Evry a condamné mer­credi quatre membres de l’ancienne équipe médi­cale et de direc­tion d’un centre pour jeunes sourds de La Norville (Essonne) à des peines d’amende et d’emprisonnement avec sur­sis, pour vio­lences et non-dénonciation.

L’une des éduca­trices, prin­ci­pale mise en cause dans cette affaire, a été condam­née à 2 ans d’emprisonnement avec sur­sis et l’interdiction défi­ni­tive d’exercer la fonc­tion d’éducatrice. Une autre éduca­trice a été condam­née à 8 mois d’emprisonnement avec sur­sis, sans interdiction.

Le tri­bu­nal a condamné l’ancien direc­teur de cet établis­se­ment à 10.000 euros d’amende, dont 5.000 euros avec sur­sis, pour non-dénonciation. Le pré­sident a reconnu le “conflit de loyauté” qui l’a agité, entre l’obligation légale de dénon­cer des faits qui lui avaient été rap­por­tés, et ses rap­ports avec les gens avec les­quels il travaillait.

L’une des deux chefs de ser­vice a été relaxée, et l’autre condamné à 6.000 euros d’amende, dont 3.000 euros avec sursis.

Les quatre per­sonnes condam­nées devront ver­ser aux familles qui se sont consti­tuées par­ties civiles des dom­mages et inté­rêts allant de 2.500 à 7.500 euros, et 1 euro de dom­mages et inté­rêts à l’association la Voix de l’Enfant, égale­ment par­tie civile dans ce dossier.

Ces cinq anciens membres de l’équipe médi­cale et de direc­tion du Centre médi­cal de pho­nia­trie et de sur­dité infan­tile de La Norville ont com­paru début mai durant trois jours devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel d’Evry pour des faits de vio­lence et non dénon­cia­tion, entre 2001 et 2005.

Il était repro­ché aux deux éduca­trices spé­cia­li­sées, âgées d’une cin­quan­taine d’années, des faits de vio­lence sur des enfants sourds et mal­en­ten­dants. Certains d’entre eux cumu­laient égale­ment d’autres handicaps.

L’une d’elle aurait vio­lenté quatre enfants, entre 2001 et 2003. Les vio­lences exer­cées par la seconde concernent huit enfants, entre 2002 et 2005.

L’une des deux éduca­trices conteste la tota­lité des faits, tan­dis que la seconde en recon­naît une par­tie, notam­ment des coups de pied aux fesses. Les deux chefs de ser­vice disent n’avoir pas été au courant.

L’ancien direc­teur de l’établissement admet avoir été alerté une pre­mière fois en 2003 par un groupe d’éducateurs, mais n’avoir pas signalé les faits aux auto­ri­tés. Il avait alors placé l’éducatrice concer­née sur un poste sans contact avec les enfants.

L’enquête avait fina­le­ment démarré en 2004, lorsqu’une ancienne sta­giaire avait saisi le pro­cu­reur de la République de l’Essonne pour révé­ler les faits dont elle avait été témoin.

Huit des anciens pen­sion­naires de l’établissement se sont por­tés par­tie civile, via leurs parents ou repré­sen­tants. Pour deux d’entre eux, les conseils géné­raux de l’Essonne et de Seine-et-Marne sont par­ties civiles, en qua­lité de repré­sen­tants de mineurs.

Source : http://www.vousnousils.fr © 1 Juin 2011 à Evry

1 commentaire
  1. bolliet dit

    c’est inadmissible de la part des ces éducatrices de frapper des enfants sourds, les peines ne sont pas suffisamment lourdes, on devrait les interdire de reprendre leur métier et de les mettre à l’ombre plus longtemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.