Sale Petit Bonhomme en sons et en signes

0

Semaine très chargée pour Sale Petit Bonhomme ! Pour la sortie de son 2 e album,  »Ma Semaine », il se produit à quatre reprises, dans trois lieux différents.

Sale Petit Bonhomme propose un spectacle de chansons traduit en langue des signes pour montrer que la surdité est aussi une culture.

Le groupe Sale Petit Bonhomme fait l’actualité, et plutôt deux fois qu’une !
Jeudi, à travers deux mini-concerts acoustiques à Poitiers, au Kfé de la Maison des étudiants puis aux Mondes du disque, le groupe présentera en effet son nouvel album, « Ma semaine », enregistré entre octobre 2010 et janvier 2011. Tout en restant dans le domaine de la chanson à texte, le style se caractérise par un univers musical plus large comparé au précédent opus.

Un moment de partage

« On s’est écarté un peu du swing métissé, explique Aurélien Mouzac et Thierry Heraud, respectivement guitariste et contrebassiste. Les influences sont un peu plus rock. Depuis deux ans, un batteur et une violoniste nous ont rejoints, et on a fait appel à un directeur artistique. Cela nous a permis d’aller plus loin dans le travail et de nous ouvrir à d’autres horizons. Il y a donc plein de couleurs musicales différentes : batterie, accordéon, guitare manouche… ».
Si le style change, les textes restent en revanche dans la lignée du premier album. L’auteur, Jean-Jacques Mouzac, en s’inspirant parfois de sa propre expérience, continue d’évoquer des moments de la vie tels que l’enfance, la paternité, les relations hommes femmes, etc.
Ce n’est pas seulement avec son nouvel album que Sale Petit Bonhomme innove. Le groupe, créé fin 2006, présente un nouveau spectacle vendredi et samedi au Carré Bleu, à Poitiers, dont la singularité est d’être autant en sons qu’en signes. Sur scène, à côté des trois musiciens (dont un chanteur), prendront place deux comédiens (l’une est entendante, l’autre est sourd) qui s’exprimeront uniquement en langue des signes. L’objectif est de mélanger deux communautés et prouver que la surdité est une culture.

« La langue des signes est structurée et très expressive, souligne Aurélien Mouzac. Ce ne sera pas seulement une traduction des chansons, mais une transposition. Ce sont deux cultures différentes, il faut de l’observation, et de l’écoute, paradoxalement. Cela enrichit nos chansons, il y a un jeu qui se créé sur scène et les personnes sourdes sont touchées par les textes. »
Au-delà de la performance artistique, Sale Petit Bonhomme souhaite faire partager un moment de vie : « On ne vit que pour ça depuis janvier et on a appris beaucoup tous ensemble. On a perdu quelques certitudes, cela a bouleversé certaines de nos idées, mais c’est exaltant ».

> Mini-concerts : jeudi 7 avril, 12 h 45 au Grand Kfé, Maison des étudiants ; 17 h 30 aux Mondes du disque. > Spectacle : vendredi 8 et samedi 9 avril, 21 h ; Carré Bleu, 1 bis rue de Nimègue. Réservations à la MJC Aliénor-d’Aquitaine : 05.49.44.12.48. Tarifs : de 3,50 € à 12 €. > Renseignements : www.sale-petit-bonhomme.com

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr © 6 Avril 2011 à Poitiers

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.