L’histoire des sourds : entre répressions et libertés

0

À l’invitation de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, de la Faculté des arts et des sciences sociales et de l’École de travail social, Stéphanie Jacob, maître de conférences à l’Université française de Poitiers, prononcera une conférence, intitulée « Histoire des sourds : entre répressions et libertés, le cas d’une minorité linguistique », le mardi 29 mars à 15 heures dans la salle Richelieu (Le Mascaret) au pavillon Léopold-Taillon.

Dans le cadre du Projet Justice sociale
L’histoire de la communauté sourde est emblématique des libertés et des répressions subies par les communautés linguistiques minoritaires. Le propos de ce jour est d’exposer l’exemple de la communauté sourde française et en particulier de retracer les différentes étapes qui ont permis à la Langue des signes française (LSF) d’être reconnue légalement depuis 2005. Toutefois, cette reconnaissance est à relativiser, comme on pourra le constater à travers les dispositifs pédagogiques mis en place par l’Éducation Nationale, dispositifs oscillant entre langue et outil de communication quant au statut de la LSF dans les classes.

L’histoire de la communauté sourde est l’histoire d’une communauté qui se bat contre un handicap et pour la reconnaissance d’une langue minoritaire. Dans un premier temps, on exposera les différents postulats psychopédagogiques émis à l’encontre des enfants sourds et de leur incapacité à parler vocalement, puis on détaillera comment s’est réalisé le Réveil sourd : quels en ont été les différents acteurs mais aussi les actions mises en place à la suite de ce réveil sociolinguistique et quelle est la situation actuelle.

Cette présentation spéciale sera suivie d’un vin d’honneur. Bienvenue à tous et à toutes.

Renseignements : 506-858 4669, helene.gallant@umoncton.ca

Source : http://www.umoncton.ca © 22 Mars 2011 à Canada

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.