La main des sourds

Chato’do : le groupe Fumuj joue aussi pour les sourds

C’est dans un environnement exceptionnel de vidéos et d’éclairages que se produit le quintet.

Ce n’est évidemment pas une plaisanterie, mais une vraie aventure dans laquelle s’est engagée le groupe de rock électro Fumuj en concert demain à Blois.

Demain en concert au Chato Do de Blois, il y aura Boogers, barbu tourangeau évoquant une rencontre entre Mark Oliver Everet et Grandaddy. Des pop songs rocailleuses mélangeant boîte à rythme, clavier, guitare et tout ce qui se bidouille dans le monde électronique. Pour un type seul en scène, on peut lui tirer son chapeau.

Mais on aura aussi les yeux – et les oreilles – de Chimène pour Fumuj, guitare, basse batterie et autres instruments vigoureux et lumineux. Ce quintet chaleureux d’accès s’est lancé dans une démarche sans chichis : rendre leur musique – puissant hip-hop électro rock – réellement accessible au plus grand nombre, sourds et malentendants compris.

“ Relier les gens ”

Fred, le bassiste, nous explique : « Ce projet est venu en discutant lors de notre résidence à l’Astrolabe. » Cette excellente salle musicale orléanaise imaginait un moment spécial « handicap surdité ». Le groupe, qui avec l’ingénieur du son Fred Norguet vient de sortir son dernier album bien roboratif Drop a Three, a entendu le message.
« Au départ, on était un peu sceptiques. Mais on a tenté d’adapter notre set en ce sens, et on l’a déjà testé sur une dizaine de concerts. Le résultat est encourageant, même si on ne se leurre pas : on sait bien qu’on ne va pas rendre l’ouïe à ceux qui l’ont perdue. Le but est d’abord de permettre à des gens de se rencontrer, de prendre une bière et de bouger ensemble, sourds et bien entendants mélangés. »
Scéniquement, c’est une grosse trouvaille. « Nous avons voulu rendre notre musique lisible à l’œil. Il y a des “ Air Bang ”, sorte de ballons que chacun peut gonfler et qui permet de mieux ressentir les vibrations. Il y a des vidéos interactives, des projections lumineuses variant avec les rythmes et les interventions instrumentales… » Et une batterie entièrement équipée qui s’illumine à chaque frappe. Avec l’association orléanaise Labomédia a pu être mis au point un système numérique de mise en relief du son. Mais en jouant fort, ne risque-t-on pas non plus d’assourdir même les bien entendants ?
« Pas du tout, on joue pour tout le monde, soumis aux mêmes règles de décibels. C’est ici le moment de rappeler que les cellules détruites de l’oreille interne sont irrémédiablement perdues. »

Vendredi à 20 h 30, 113 avenue de Vendôme à Blois. Entrée : 10 €.
Tél. 02.54.45.50.00.

Source : http://www.blois.maville.com © 10 Février 2011 à Blois

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.