La main des sourds

Quatre pêcheurs sourds-muets parmi les laureats du concours adie mayotte 2010

La 3e édition du concours ADIE Mayotte, avec au palmarès des lauréats, quatre pêcheurs sourds-muets, aura été un des événements marquants des activités de cette association pour le développement de l’initiative économique en 2010.

Couveuse des micro–entreprises, l’ADIE Mayotte entend renforcer ses programmes d’accompagnement des porteurs des projets en 2011. Le cérémonial est immuable depuis trois ans. Un après–midi, des nombreux micro–entrepreneurs, en majorité des femmes, déferlent vers la grande salle de la MJC, maison des jeunes de Ngombani à Mamoudzou, chef– lieu de la collectivité départementale française de Mayotte dans l’océan indien. Accueillis par l’équipe de l’ADIE, ces bénéficiaires des micro–crédits viennent assister à la proclamation des projets primés dans le cadre du concours ADIE.
Quatre pêcheurs sourds–muets ont été primés parmi les lauréats de ce concours auquel ont participé 17 candidats (agriculteurs, commerçants, artisans) pour l’édition 2010. Dans le contexte actuel de l’île de Mayotte appelée à être le 101e département français en mars 2011 mais dépourvue de nombreuses structures d’insertion économique et sociale existantes en France métropolitaine et dans les autres départements de l’outre mer français, la reconnaissance du travail de ces pêcheurs sourds–muets constitue une contribution importante de l’ADIE Mayotte dans la lutte contre l’exclusion des handicapés. “Nous organisons ce concours pour valoriser le travail réalisé par les bénéficiaires des micro–crédits. Nous avons récompensé ces quatre pêcheurs sourds–muets pour leur courage. Malgré leur handicap, ils réussissent à exercer leur métier, à aller à la pêche,à gagner leur vie. C’est une admirable leçon de vie pour beaucoup de gens valides, déclare DASSAMI FAHARIDINE, déléguée régionale de l’ADIE Mayotte”. Elle souligne, d’ autre part, la portée psychologique d’une obtention d’un crédit. “Le crédit est aussi un acte psychologique… Quand nous octroyons un crédit aux gens, pour eux, c’est une marque de confiance qu’on leur témoigne, ils se sentent valorisés… précise encore Dassami Faharidine”.
L’AGEFIP doit être installé prochainement à Mayotte et c’est tout récemment que la maison des handicapés y a ouvert ses portes. La revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) devait être effectuée en 2010. Il existe à ce jour, les allocations familiales, l’allocation spéciale pour les personnes âgées ( ASPA ), l’allocation de logement familial. Il est prévu, pour pour 2012, l’instauration des prestations sociales qui n’existent pas encore à des (départements d’outre–mer), pour progresser pendant une période d’environ 20 ans, selon les indications du rapport 2010 de l’Institut d’Emission des Départements d’Outre–Mer (IEDOM).C’est dire que sans vivre dans un pays sous–développé comme certaines régions de l’Inde où est né le principe du micro–crédit à l’initiative du prix nobel de la paix,Younnous, une grande frange de la population de Mayotte trouve le salut financier auprès de l’ADIE. Présente dans l’île depuis dix ans, celle–ci accorde des micro–crédits à ceux qui ne peuvent pas en bénéficier dans les circuits bancaires classiques.La seule restriction est de ne pas être interdit bancaire.

Source : http://www.podcastjournal.net © 18 Février 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.