Tribune d’Emmanuelle Laborit : mobilisez-vous pour la création artistique (Vidéo)

1

Une récente étude de l’Admical l’a souligné : le mécénat de la création artistique est en net recul.

Le secteur du spectacle vivant est mis à mal depuis plusieurs années, soumis à des réformes statutaires fragilisant ses différents corps de métiers, atteint par un désengagement alarmant de l’Etat et des collectivités. C’est bien le Ministère de la Culture et les institutions que nous devons alerter sur le nécessaire soutien à la création artistique, dont ils doivent rester les principaux financeurs et prescripteurs.

Toutefois, je m’adresse ici aux acteurs du mécénat et leur rappelle qu’ils doivent continuer à s’engager auprès des artistes et des compagnies ; pas seulement sur des projets à court terme d’action et de médiation culturelles, mais sur un soutien plus pérenne à la création artistique.
Le mécène est également un acteur du développement culturel. Sans se substituer à la puissance publique, il contribue à la pérennité du système, singularisé par un maillage artistique dense bénéficiant de financements croisés importants.
J’invite les mécènes à soutenir les créateurs.
Le modèle culturel français est en jeu.

Directrice d’IVT, International Visual Theatre, à la fois lieu de création et d’enseignement dédié à la Langue des Signes Française, je souhaite apporter mon témoignage. Il est très difficile de trouver des partenaires privés sur les créations théâtrales et pour l’instant impossible de trouver un soutien à long terme au fonctionnement du théâtre. Les actions de mécénat font appel à des critères de plus en plus ciblés sur les questions de solidarité, dans une logique de projet, excluant tout soutien pérenne à une structure.
Le tableau n’est pas si sombre puisque plusieurs projets d’IVT ont pu être financés grâce au mécénat : des actions culturelles autour du conte pour les enfants sourds notamment, remplissant des critères liés à l’exclusion et au handicap. Ces actions relèvent du mécénat croisé.
Je trouve dommage que ce soit ces critères qui s’imposent, d’autant qu’ils me paraissent à contre-sens de mon projet artistique.

Je ne travaille pas dans une optique médico-sociale, je développe un projet artistique et pédagogique autour de la langue des signes. A IVT nous mettons en avant une langue et une culture en même temps ; sans la langue des signes il n’y a pas de culture sourde. Et cette culture sourde, nous la mélangeons à la culture française à travers des créations bilingues, l’adaptation de textes du répertoire théâtral, la confrontation de différentes disciplines (chanson signée, arts plastiques, vidéo, marionnettes…).
Mon métier c’est le théâtre, je l’exerce par la recherche et la création. L’action culturelle est un accompagnement, parfois un prolongement du processus de création, mais pas le cœur de mon métier.
Il faut soutenir le spectacle vivant et la création, permettre le rapprochement avec le monde de l’entreprise qui n’a souvent qu’une connaissance partielle de notre projet.
Il faut réaffirmer la place de l’artistique, plutôt que de vouloir systématiquement intégrer une dimension sociale à la culture.
Représentations du 19 janvier au 27 février 2011 de la création Héritages, mise en scène par Emmanuelle Laborit — www.ivt.fr

1 COMMENT

  1. tous ensemble contre la loi depistage,pouvoirs medecins,discrimination,etc…faut arreter tout ca et il faut respecter aux sourds comme on est democrate!!on espere qu’on manifestera un jour cette anneé contre les pouvoirs medecins,lois,etc….la france n’est pas juste pour les sourds!!

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.