Sophie Vouzelaud sur tous les fronts

La Miss a défendu la cause du travail des handicapés auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg. Dans le monde du travail, “le handicap est une chance”, dit-elle.

Nombreux sont les Saint-Juniauds à regarder l’émission ” Un dîner presque parfait ” (17 h 40 ) cette semaine sur M6.

En fait, l’émission culinaire ne s’arrête pas à la porte de la cuisine. Elle est surtout prétexte à des rencontres, des échanges en tous genres et donne lieu quelquefois à de belles et savoureuses surprises.

Les chiffres d’audience sont d’ailleurs largement positifs. Comme on peut s’en douter Sophie n’a pas été invitée pour ses qualités de cuisinière.

« Sophie a un vrai discours sur le fait d’être sourde et le transmet de manière très joyeuse. Elle juge, critique, participe, se fâche quand elle se sent exclue. Elle veut exister ». Sylvia Drumond, productrice de l’émission, semble avoir été séduite par cette jeune femme sourde qui a envie de se faire entendre.

Combative, la miss de coeur des Français en 2007 se sert de sa notoriété pour défendre partout les handicapés. Et pas seulement les sourds.

En décembre dernier, Sophie a pu se rendre à Strasbourg où elle avait rendez-vous avec plusieurs chefs de service du Conseil de l’Europe.

Le but de cette visite était d’aider à faire évoluer les conditions d’accès au travail des handicapés au niveau européen.

Difficile de comprendre en effet pourquoi un organisme tel le Conseil de l’Europe n’emploie aucun handicapé.

Un retard flagrant qui a donné l’occasion à la jeune Limousine de s’exprimer sur le sujet.

Dans le cadre d’un entretien d’embauche, l’employeur a une lourde responsabilité. Face à une personne handicapée, il a une réticence, par peur et par méconnaissance.

Pourtant, argumente Sophie, devant un ordinateur, quelle est la différence entre une chaise roulante et un fauteuil roulant ?

Le handicap moteur est-il un obstacle à un poste de secrétariat ?

Pour elle, « les handicapés sont des ressources humaines sous-employées ».

Et d’ajouter à l’intention des responsables du recrutement au Conseil de l’Europe: « Le handicap est une chance : une chance de faire travailler des gens qui apporteront une vision différente, une énergie, un enthousiasme, une possibilité d’ouverture d’esprit ».

Etablir un quota à l’embauche n’est pas la bonne solution pour Sophie. « Je demande simplement qu’à qualifications égales, qu’à compétences égales, vous voyiez le handicap, non pas comme un ” moins ” mais comme un ” plus “. »

Au mois de septembre prochain, Sophie devrait se rendre à nouveau à Strasbourg pour étudier la question du handicap avec des parlementaires européens cette fois.

« Les lois ne devraient plus être différentes d’un pays à l’autre. Il faut absolument faire changer le regard de la société sur le handicap ».

Très sollicitée, la jeune femme qui s’affirme de plus en plus comme le porte-drapeau de la cause des handicapés, a été invitée il y a quelques jours à Oucques (Loir-et-Cher), pour la visite d’un établissement médicalisé, spécialisé dans l’accueil des personnes sourdes et malentendantes.

Source : http://www.lepopulaire.fr © 26 Janvier 2011 à Saint-Junien

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.