Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Une langue à part entière

Michèle Belin témoigne pour la langue des sourds.

La Langue des signes française (LSF) est une langue naturelle utilisée par les sourds. Gestuelle et visuelle, elle s’est enrichie au fil des ans.

Michèle Belin, de Villey-sur-Tille, sourde de naissance, a voulu témoigner qu’aujourd’hui, il est admis, au-delà du seul cercle de linguistes, que la langue des signes constitue une langue à part entière avec son vocabulaire, sa grammaire, sa syntaxe. Mais elle a voulu surtout témoigner d’une rencontre qui lui a changé la vie.
« En fait, c’est suite à l’émission du journal régional de France 3, où j’ai découvert qu’un médecin généraliste, le docteur Milesi, dialoguait et consultait en langage des signes à Dijon. J’avais des maux de dos, de tête, aux vertèbres, depuis longtemps. Je suis allée le voir et, depuis, ma vie a changé parce que je peux enfin m’exprimer auprès de ce docteur et lui peut m’expliquer les soins qu’il me donne et ce dont je souffre. Je voudrais, par mon témoignage, que d’autres personnes comme moi, sourdes, puissent savoir qu’il y a un médecin qui s’occupe très bien de nous grâce au langage des signes », nous a expliqué Michèle en prononçant des sons, en y ajoutant quelques signes et en écrivant. Car elle est bilangue (parlé et gestuel).

Un médecin qui pratique le langage des signes

Michèle Belin conduit et elle est heureuse maintenant qu’elle va mieux de refaire du yoga, du tricot, du patchwork, la gym douce et l’aquagym dans différents clubs du secteur. Elle travaille comme aide à domicile et c’est une perle d’après la personne qui l’emploie.
« J’ai deux filles et deux petits-fils. Mes filles, bien qu’elles ne soient pas sourdes du tout, pratiquent elles aussi la LSF avec leur papa qui est né entendant, mais qui, suite à une méningite à l’âge de 4 mois, est devenu sourd profond », précise Michèle.
Elle a commencé à parler vers 7 ans. Pendant quinze ans, elle est allée dans une école spécialisée à Orléans et ne rentrait que pour les grandes vacances. « C’était dur d’être loin de mes parents qui habitaient à Villey-sur-Tille, mais c’était pour la bonne cause. Puis j’ai appris le langage des signes avec les sourds, à Dijon, et c’est là que j’ai connu mon mari. »

Source : http://www.bienpublic.com © 11 Décembre 2011 à Is-sur-Tille

1 commentaire
  1. sandra dit

    bonsoir , moi je suis à lyon entendante et signe la lsf et de plus je suis ambulancière dîplomé d’état. bravo à votre docteur et je suis contente que vous soyez en forme. vive la lsf.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.