La main des sourds

Il tabasse son ex enceinte : six mois ferme

Couteau et poings, Gérald Descamps n’a pas admis que de sa compagne enceinte veuille rompre. Jeudi, sa surdité n’a pas incité le tribunal à la clémence.

Visage émacié, points de suture, main bandée, poids plume de 36 kilos, elle témoigne : « Il a pété un câble. » Lui tente de s’expliquer. Ses mains « signent » des gestes éloquents. A côté, l’interprète traduit : « J’étais en colère, je ne comprenais pas. »
Ils sont ensemble depuis septembre. Elle est enceinte, de lui, semble-t-il. Perdue dans sa vie sentimentale. Ce mardi, il rentre à la maison rue de la Chaussée-Romaine, et la trouve avec son ex-compagnon, devant la porte. Elle lui annonce qu’elle le quitte et vient prendre ses affaires. Il la laisse entrer, puis referme la porte à clef, laissant l’autre dehors.
Ensuite, les coups de poing, dans la salle à manger. Puis dans la salle de bains, où elle soigne ses plaies, un couteau qu’il brandit. « Je suis tombée dans la baignoire ; j’ai pris le couteau, me suis blessée à la main gauche. ça s’est arrêté quand j’ai entendu mon compagnon dehors crier : “La police est là !” Je le lui ai dit, il a laissé le couteau. Il est allé ouvrir. »
« Pour lui, cette histoire était sérieuse, argue pour la défense Me Priem. Il y a cru. Divorcé, il s’est vu à nouveau heureux. Il a assisté à l’échographie du bébé. »

Le couteau sous sa gorge

La surdité du prévenu doit

être prise en compte, insiste-t-il, « ou le handicap n’a pas sa place dans la société. Les sourds s’énervent plus que la normale. Là où la parole s’arrête, la violence intervient. Ce n’est pas une excuse, mais il a crié son désespoir. Il a d’abord mis le couteau sous sa propre gorge ! Il l’a posé dès qu’il a vu du sang. »
La partie civile, à l’inverse, pense qu’il s’agit d’un « dossier de violence conjugale ordinaire, même si Monsieur a du mal à gérer avec les femmes et les entendants. Elle pèse 36 kg ! Elle a pris le couteau parce qu’elle se sentait vraiment en péril. Il a dit : “Je voulais lui faire mal comme moi j’avais mal au cœur” ». Me Delvallez rappelle les hématomes, l’ITT de trois jours. « Une échographie doit encore évaluer l’état du bébé. » Elle obtient un renvoi sur intérêts civils.
Et puis, il y a le casier judiciaire. Gérald a déjà été condamné pour violences sur une proche de son ex-épouse, lors de la séparation… Le substitut du procureur Julia Schmoll renchérit : « Les problèmes de communication n’expliquent pas les gestes. Les faits sont graves. Elle a cru qu’elle n’allait pas s’en sortir vivante, il y a eu ce sentiment de séquestration. » Elle demande un an de prison dont six mois ferme, avec mandat de dépôt. Les juges l’ont suivie.

Le prévenu est parti pour la prison menottes aux poignets.

Source : http://www.aisnenouvelle.fr © 02 Janvier 2011 à Saint-Quentin

1 commentaire
  1. Machu dit

    Pour lui, Bien fait pour sa gueule… Qu’il est en prison, pour 6 mois ferme. Mais c’est pas beaucoup…. Quand il m’a agressé, moi et ma soeur; on a cru qu’on en sortira pas vivant.. J’étais gravement blessée au visage, défigurée et ma soeur égorgée devant mes neveux.. C’était horrible.. Plein de sang….. Il a pris que du sursis et jamais payé l’amande… Là, j’aimerai qu’il prend 5 ou 10 ans… Je plains sa compagne, elle a dû souffrir…….

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.