La main des sourds

L’ADSM fait son cinéma

Vendredi matin, les enfants sourds et malentendants de l’Association pour les déficients sensoriels de Mayotte (ADSM) se sont réunis pour la projection du court-métrage qu’ils ont tourné dans le cadre de la semaine de l’audiovisuel.

Ils sont tous rassemblés devant la télévision de l’association, prêts pour le spectacle. Leur spectacle. En fin d’année dernière, les élèves des deux classes de Clis 2, pour enfants sourds et malentendants, ont travailavec la société de production audiovisuelle Clap, au tournage d’un film sur leur vie. C’est à l’initiative de Clap, qui propose chaque année à toutes les écoles de l’île une semaine de l’audiovisuel, que “L’univers du silence” a été réalisé. Le principe de cette semaine est de permettre aux scolaires de découvrir le monde de l’audiovisuel et de réaliser leur propre court-métrage.

En début d’année 2010, les jeunes aveugles de la Clis 3 de l’école de Kawéni avaient bénéficié de cette semaine comprenant une journée d’apprentissage théorique sur le cinéma et ses métiers, et aussi d’écriture d’un scénario sur le thème choisi par les élèves, suivie de deux jours de tournage par les élèves, supervisés par Gaëlle Gautron de Clap.

Les élèves avaient ainsi réalisé un film intitulé “La vision du monde des aveugles”, pour lequel ils avaient été aidés par leurs camarades sourds qui tenaient la caméra. Suite au succès de l’entreprise, l’ADSM a sollicité de nouveau Gaëlle pour travailler avec les deux classes de Clis 2 de l’école Cavani Sud, soit 22 enfants, qui ont réalisé un court-métrage de 13 minutes intitulé “L’univers du silence”.

Le partenariat avec les enfants non voyants a été relancé : Yasmine Houmadi et Sadam Madi ont fait les doublages voix des enfants qui eux s’expriment en langage des signes. Dans un style très Assemblée nationale, apparait tout au long du film une petite bulle en haut de l’écran dans laquelle on voit Véronique Denis, ancienne éducatrice spécialisée de l’ADSM, faire la traduction en langage des signes.

Diffusion en novembre sur RFO

“Le but des deux films est de présenter le quotidien de ces enfants, les problèmes qu’ils rencontrent, et surtout leurs envies, leurs projets professionnels, leurs rêves”, explique l’éducatrice de l’association, qui a travaillé en classe pendant 2 mois avec eux pour élaborer le scénario et déterminer les personnes à interviewer, avant de les confier à Gaëlle pour quatre demi-journées de tournage. Le court-métrage aborde ainsi de nombreux aspect de la surdité. Il s’ouvre sur l’interview d’une maman d’enfant sourd, et se poursuit sur la partie médicale avec l’intervention d’un audioprothésiste qui explique la surdité et ses différents stades, suivie de celle d’un médecin qui explique les causes de la surdité.

On apprend ainsi que Mayotte est une zone à hauts risques, notamment en raison de l’âge des mères qui sont parfois très jeunes, ainsi qu’à cause de la prévalence de certaines maladies pendant la grossesse qui ont presque disparu en métropole. Le film aborde ensuite le quotidien des enfants avec les interviews d’un éducateur, de l’instituteur “classique” qui insiste sur le fait qu’ils sont aussi intelligents que les enfants entendant, et de l’oncle de l’un des enfants.

Les enfants se sont filmés entre eux pour apprendre au public quelques mots simples en langue des signes et raconter leurs envies : pouvoir mieux communiquer avec les autres enfants, devenir coiffeuse, menuisier, se marier, faire des enfants, etc. La conclusion est d’ailleurs faite avec l’interview d’un menuisier sourd qui se dit prêt à accueillir des jeunes sourds en stage chez lui, et dont les 3 enfants ont une audition tout à fait normale.

Vendredi, les enfants et leurs mamans étaient invités à l’ADSM pour découvrir le film et recevoir chacun un DVD. Ravis du résultat, les enfants étaient tous très intéressés par la diffusion du film sur RFO, qui se fera en novembre, dans de cadre de l’émission Tam-tam jeunes, produite par Clap. Le film, comme celui des aveugles, servira également à la sensibilisation sur ces handicaps.

Source : http://www.mayottehebdo.com © 15 Octobre 2010

1 commentaire
  1. WEGRZYNOWIEZ JOSIANE dit

    Bonjour,
    Merci d’avoir la gentillesse de me dire si il y a la possibilité de prendre contact avec les personnes qui ont faits ces films courts métrages sur le handicap.
    En attendant de vos nouvelles qui j’éspère seront favorables de votre part, recevez mes cordiales pensées ainsi qu’une belle et bonne année 2011.
    Mme Josiane WEGRZYNOWIEZ (maman d’un jeune homme malentendant)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.