La main des sourds

A l’école des jeunes sourds

Jarville – L’institut spécialisé installé près de Nancy depuis 1827, accueille 357 jeunes de 6 à 20 ans

 

«  Vous savez, il suffit de s’imaginer dans un univers sans son, sans le moindre bruit, pour percevoir ce que peut être l’univers d’une personne sourde ou malentendante. Cela permet de comprendre, aussi pourquoi il existe au sein de cette population comme un besoin de se rejoindre et de se rapprocher ». Directeur de l’Institut des Jeunes sourds de Jarville-la-Malgrange, dans la banlieue de Nancy, Jacques Celerier n’a pas oublié le rassemblement, en juin dernier, organisé autour de l’établissement. Le prétexte à retrouvailles a rassemblé près d’un millier d’anciens élèves, passés par l’une des plus anciennes écoles de tout le quart nord-Est.

« Un accompagnement personnalisé »

Si l’Institution des sourds et muets, créée à Nancy en 1827 a vu sa vocation d’origine s’élargir, en 2000, aux enfants souffrant de troubles spécifiques du langage, le lieu fait toujours figure de véritable institution. Et pour cause : avec 357 enfants, âgés de 6 ans à 20 ans, il est le plus important en France, devant celui d’Arras, soutenu par une équipe pédagogique de près de 92 enseignants spécialisés, passés par une formation spécifique soutenue par le ministère de la cohésion sociale. S’y ajoutent 45 éducateurs spécialisés et tous les services médicaux voisins, une quinzaine de personnes au total. « Notre spécificité à Jarville, c’est de prendre l’enfant en charge en lui proposant un accompagnement spécifique personnalisé, qui tienne compte du degré de son handicap » explique le directeur. « L’objectif est de lui apporter le maximum d’atouts pour l’accompagner dans l’environnement extérieur ».

Près de la moitié des élèves, parmi lesquels figurent de très nombreux internes (160 places) partagent ainsi leur temps entre le cadre de l’établissement et d’autres écoles et lieux de formation. L’objectif du suivi pédagogique consistant à mesurer la capacité de l’adolescent à s’intégrer progressivement vers l’extérieur, et à affronter un univers moins familier en tentant de minimiser l’impact de son handicap dans son quotidien. « Nous faisons le nécessaire pour les inscrire dans des stages dès que possible lors des vacances » précise Lionel Gerardin, responsable éducatif, qui supervise également le suivi auprès des adultes. L’école est, en particulier, reconnue pour son dispositif de « passerelles » qui assure un trait d’union bénéfique avec l’environnement extérieur.

Le besoin des retrouvailles

Les vacances de Noël, qui auront permis aux 357 enfants de l’Institut des Jeunes Sourds, de retrouver leurs familles, se traduisent parfois aussi pour eux par un manque avec leurs copains et leurs proches souffrant, comme eux, de ce handicap social. Et d’une légitime demande de retrouvailles, pour pouvoir à nouveau communiquer dans le langage des signes. « De ce point de vue, l’internat est idéal pour qu’ils développent et s’épanouissent à travers ce langage » note Catherine Lagaude, chef des services éducatifs.

L’école, qui reprendra ses cours dans quelques jours, avec des classes numériquement adaptées (entre cinq et dix élèves) offrira le même nombre d’heures quotidiennes que dans les établissements traditionnels. « Leur programme éducatif est exactement le même qu’ailleurs » explique le directeur. « Ce qui veut dire qu’avec leur handicap, l’effort individuel qu’exige l’apprentissage est bien plus important. Ils ont d’autant plus de mérite ».

Bios express

– Jonathan Henry,

17 ans de Jarville

– Victor Villemin, 16 ans

d’Einville-au-Jard.

– Omar Saoudi,

16 ans

de Longuyon.

– Sandra Hadango

18 ans

de Hettange-Grande (Moselle).

Aminata Gako,

15 ans

de Dole (Jura).

Source : http://www.estrepublicain.fr © 30 Décembre 2010 à Nancy

2 commentaires
  1. zourgui mohamed dit

    voila !!
    nous sommes une ligue sportive pour sourds et on va organisé un tournoi au mois septembre 2011 a l’occasion de la première journée mondiale pour sourds fêtée en Algérie . et pour cela veuillez nous aidé a trouvé des ecoles européennes qui veulent nous partagé notre joie et ils seront a notre charge pendant 05 jours .
    merci
    le directeur du tournoi
    zourgui mohamed

  2. zourgui mohamed dit

    NB: les disciplines retenue : futsal , athlétisme , tennis de table , jeux d’échecs et natation et le mini marathon
    nombre par délégation 20 élèves ( -16ans) (fille et garçons) et 05. accompagnateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.