Sourds et mobilisés

Plusieurs personnes sourdes s’étaient installées sur le sol.

Une douzaine de femmes et d’hommes sourds de La Rochelle et des environs avaient, hier matin, bravé le froid cinglant devant la préfecture afin de faire valoir leur inquiétude, voire leur désarroi et leur colère, face à un projet de loi, déposé le même jour à l’Assemblée nationale, concernant le dépistage précoce des enfants sourds.

« Nous n’avons pas été consultés, pas plus que nos associations », indiquait, via la langue des signes française (LSF), une femme qui s’était installée sur le sol à l’instar de deux autres adultes et d’une enfant.

« Pas des malades »L’enseignant en langue des signes expliquait aussi que d’autres manifestations se déroulaient dans d’autres villes, dont Paris. Il était aussi souligné : « Nous ne sommes pas des malades. Si nous ne sommes pas contre un dépistage, il ne faut pas qu’il soit fait trop tôt ; pas de dépistage néonatal car cela pourrait nuire, en cas de constatation de surdité, à la relation entre la mère et l’enfant, ce dernier étant immédiatement placé dans l’optique d’une filière de soins (implant, appareil, rééducation) qui va conditionner toute sa vie. »

Au fond, c’est l’éventuelle désignation de la surdité, comme affection grave relevant d’un problème de santé publique, qui leur est inacceptable. « Nous, sourds, ne sommes pas des malades à soigner, insistait une femme. Il faut plutôt défendre la culture sourde et lui donner les moyens d’exister via un nombre suffisant de traducteurs et d’enseignants en langue des signes française. Le choix du mode de communication est un choix prévu par la loi. »

La question de l’intégration en milieu scolaire émergeait également. Quant aux implants cochléaires (*), les personnes présentes étaient pour le moins réservées, certaines considérant que « cela faisait ressembler les personnes sourdes à des robots. »

Une délégation a été reçue à la préfecture.

(*) Dispositif médical électronique visant à restaurer l’audition de personnes atteintes d’une perte d’audition sévère à profonde.

Source : http://www.sudouest.fr © 01 Décembre à La  Rochelle

3 commentaires
  1. gelder dit

    nous avons un gouvernement qui passe sont temp a foutre la merde la ou il y n’y a pas lieu dans avoir

  2. les main'17 dit

    Continuons à se battre pour les sénateurs… Soyons plus forts et unis contre le dépistage néonatale de surdité.
    Vive la république !

  3. vanessa dit

    A paris le 30 nov 2010, tous le monde, on s’est retrouvé la place du coté de l Assemblée National.
    Je trouve que c’est pas réagis et on voyais pas vos discours lsf. au fonds y a bcp de jeunes ne voyaient pas donc bavardent et retrouver les amies. on s est pas assez de grondé, aussi les députés nous ont pas entendus.
    je trouve ça dommage l’ équipes Associations, écoles, les parents entendant et sourds avec leurs enfants sourds. Au sujets dépistage de précoces du bébé. je suis mal acceptée ds l environnement manipulateur du députés et des médecins.
    Je croyais devant grand escalier de l assemblée national. et la personne, en haut du escalier qui signe aux publics pour qu’ on voit bien en lsf et entendre pour les autres.
    Faudra mobiliser plus la prochain. NON dépistage !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.