La main des sourds

Des sourds opposés à la loi sur le dépistage de la surdité sur les nouveau-nés

 

Une petite centaine de sourds et malentendants du Douaisis et de l’Artois ont manifesté,

hier après-midi, devant la préfecture du Pas-de-Calais. Ils voulaient rappeler leur opposition au vote de la loi, examinée hier à l’Assemblée nationale, sur le dépistage systématique des nouveau-nés pour la surdité. Selon ces manifestants, des associations Trèfle, Point Phare et de la Maison des sourds d’Arras, ce dépistage stigmatise la surdité qui n’est, pour eux, « pas une maladie ». Ce dispistage survenant trop tôt pour eux (dès le troisième jour) risquant « de rompre le lien des parents avec leur enfant ».

Pour Geneviève Baugamont, présidente de la Maison des sourds, il serait préférable d’attendre que l’enfant ait trois à quatre ans pour décider s’il doit ou non être appareillé. Or, ce dépistage pourrait inciter la plupart des parents à faire poser un implant aux enfants dépistés. Pour les malentendants, l’implant n’est pas la solution d’autant qu’il n’est pas fiable et ne garantit pas l’intégration. Pour certains, comme Nadine Bourriez, de l’association Trèfle, l’implant ne permet pas la pratique de la natation, de passer un scanner en toute sécurité, de supporter l’avion… Il vaut mieux être appareillé et pratiquer la langue des signes. Pour préparer la loi, des associations de parents de sourds ont été consultées,mais peu de malentendants. C’est paradoxal, mais c’est ainsi. On manifestait comme à Arras, dans toute la France, hier après-midi.

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 01 Décembre 2010 à Arras

1 commentaire
  1. FILIPE dit

    contre la proposition de loi dépistage précoce de la surdité pppffffff n’importe de quoi docteur, parce que 1 jour ca peux mourir attention dangereux !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.