6 COMMENTS

  1. je suis désolé mais je ne vois pas où est l’argumentaire la-dedans.
    que sourds.net ait des opinions, je l’accepte évidemment mais il serait interessant qu’elle soient un tout peu enrichies en ce qui concerne la reflexion

  2. Je suis maman d’un enfant sourd sévère et j’aurai été contente de pouvoir faire dépister la surdité de mon enfant à la naissance. Cela afin qu’il puisse bénéficier le plus tôt possible des aides auditives et orthophoniques….
    Pourquoi faire l’autruche ?????
    Je ne comprends pas votre raisonnement….On ne vous enlève pas votre enfant, on l’aide.

    • C’est la perspective du dépistage précoce qui inquiète la communauté sourde. En effet, ce test laisse penser que la surdité est une maladie. Les enfants dont la surdité a été détecté précocement vivront ainsi dans la honte de ne pas être entendants.
      Les aides auditives et orthophoniques dont vous parlez ne donnent pas de résultats concluants. J’ai vu nombre d’enfants sourds appareillés ou implantés tenant des propos inintelligibles et dans une syntaxe approximative. Car ils n’entendent pas aussi bien que les enfants entendants.
      De toute façon, on n’ apprend à parler qu’à partir de l’âge de 3 ans, leurs organes vocaux ne se développant seulement qu’à cet âge-là.
      Je ne sais pas à quel âge la surdité de votre fils a été détectée mais j’imagine que vous avez des liens affectifs envers lui. Ces liens auraient été brisés si vous aviez effectué le test plus tôt.
      Alors, pourquoi se presser pour connaître l’état auditif de votre enfant? Laissons le temps aux mères d’aimer leur bébé. C’est avant tout un être humain, qu’il soit sourd ou pas, il mérite tout l’amour qu’on lui doit.

      • Je réagis à votre commentaire Guillou. Je suis désolée mais moi j’ai du me battre 18 mois pour que l’on me confirme que ma fille était bien ce que je pensais, cad sourde. Pendant ces 18 mois, tout en ayant l’intuition de cela, je ne me suis jamais coupée avec elle et même à l’annonce du diagnostic nous avons continué à échanger avec les mains comme nous l’avions tjs fait. Contrairement à ce que vous dites, l’apprentissage de la parole ne se met pas en place à 3 amis dès le départ. Si on attend, eh bien l’enfant ne saura jamais que le son existe. Ma fille parle couramment la LSF, code et décode le LPC mais je suis fière également qu’elle oralise malgré sa surdité profonde de troisième groupe et ce, grâce au travail orthophonique dès l’âge de 18 mois, à son envie depus petite de communiquer avec le monde extérieur et à son implant cochléaire posé trop tardivement et exclusivement pour l’aider. Elle a tjs eu envie de parler comme nous, elle a souffert énormément de prendre un tel retard à cause d’un diagnostic tardif. Alors, non, je ne sis pas pour un dépistage systématique et de masse (car on sait que parfois il y aura de fausses annonces qui détruiront des familles) mais je suis pour que celui-ci soit proposé et accompagné dès la naissance pour tous les parents qui le souhaitent. C’est leur droit et celui de leur enfant.
        Merci pour votre site…

        • Bonsoir,

          Nous venons de parcourir, mon épouse et moi même, les différentes réponses sur la question du dépistage post-natal de la surdité.

          Je pense le langage sous la forme de la relation, au sens large du terme, ainsi cette relation se développe au cours de la grossesse entre la mère et l’enfant, notamment par la lumière, les émotions et les vibrations. Je pense que le langage sous la forme audible, n’est qu’un des multiples paramètres qui existent dans la relation humaine.
          J’ai l’intime conviction que ce que l’on nome par “un handicape”, en l’absence partiel ou total d’un ou plusieurs sens, n’est que le pale reflet des choix de notre société sur ce qui est bien ou mal et tout naturellement trop souvent nous projetons ces croyances sur nos enfants à tord !!!
          La relation qui s’est développée pendant la grossesse avec le nourrisson ne s’arrête pas avec l’accouchement sur le prétexte que d’autre sens sont sollicités. le corps humain a ceci de magnifique qu’il s’adapte, non au détriment de l’individu mais au contraire pour son bien être.
          En fin de compte, la question relève plus des regards que nous avons sur nous autres et des préjugés que nous certifions, encore et encore sur les plus faibles, sur nos enfants qui eux même deviendrons grands.
          Beaucoup par leurs histoires et par les choix qu’ils ou elles ont fait…,réagissent
          par le rejet et là ce n’est pas la loi qui à tord.
          Aimer c’est aussi accepter de se laisser déplacer et c’est ce que tu as fait TORRENTE pour ta fille. C’est BEAU, c’est COOL !!!
          Courage les filles…
          Cordialement
          Daniel
          ;-)

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.