La main des sourds

Charles Rannou. Du bleu des Thoniers au bleu de France

Joueur de l’équipe B de Concarneau en DSE, le jeune défenseur Charles Rannou (19 ans) porte également un autre maillot bleu puisqu’il fait partie de l’équipe de France des malentendants. Parcours.

Les Deaflympics (1) à Taïwan en 2009. Un stage en Jordanie en novembre2010. Les championnats d’Europe à Odense (Danemark) en juin2011. «Grâce» à son handicap, Charles Rannou vit un rêve éveillé. Avant de porter le maillot bleu de l’équipe de France des malentendants, jamais il n’aurait imaginé vivre de telles expériences. «Dans mon malheur, j’ai de la chance», s’enthousiasme-t-il. Partiellement sourd (à 70%) depuis l’âge de 3 ans à la suite d’une rougeole, il s’accommode de son handicap aussi bien sur un terrain que dans la vie de tous les jours. «Si la personne est trop loin ou qu’il y a trop de bruit environnant, j’ai du mal à entendre, mais sinon, ça va», précise Charles.

«Un bon joueur de ligue»

Il mène ainsi de front des études en deuxième année d’IUT de GEA à Quimper et sa passion du ballon rond à Concarneau, où il est arrivé cet été. «C’est un bon joueur de ligue. Il faut qu’il continue de travailler s’il veut aller au-dessus. On lui donne la possibilité de le faire avec l’équipe de DSE», souligne son entraîneur Pascal Laguillier. C’est à Morlaix que l’actuel coach de la B des Thoniers l’avait remarqué. Lui et son frère aîné Alexandre, également malentendant. Les deux ont d’ailleurs joué ensemble aux Deaflympics à Taïwan, où La France avait terminé quatrième, battue en demi-finale par le futur lauréat, l’Ukraine.

De Morlaix à l’équipe de France

«J’ai commencé le foot à Saint-Martin-des-Champs à 6 ans, puis j’ai rejoint Morlaix en benjamins. J’ai joué ensuite au Stade Brestois à partir des moins de 13 ans en intégrant la section sport-études du lycée Charles-de-Foucauld à Brest. Et la saison passée, j’évoluais à Plessis-Robinson en DSR d’Île de-France, mais je n’avais pas beaucoup de temps de jeu. J’avais décidé de revenir à Quimper faire ma deuxième année de DUT et j’ai eu la chance de pouvoir faire un essai à Concarneau en avril2010», raconte Charles. Un essai concluant aux yeux de Nicolas Cloarec et de Pascal Laguillier. Et une chance pour le club concarnois, qui n’hésite pas à donner sa chance aux jeunes. «Sa présence évite aux autres de se plaindre», remarque Pascal Laguillier. Car à 19 ans, porter le maillot d’une équipe de France fait toujours rêver.

(1) Les Jeux Olympiques pour les malentendants.

Source http://www.letelegramme.com © 30 Septembre 2010 à Brest

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.