La main des sourds

Cherche interprètes désespérément !

Leur «handicap», même s’ils n’aiment pas le terme, n’estpas aussi identifiable que d’autres et donc plus pénalisant. Hier, les sourds deBretagne ontréclamé desmoyens indispensables àleur intégration.

Plus d'une centaine de sourds ont participé à une marche dans le centre-ville, plaidoyer pour une meilleure intégration dans la société.

Pour la deuxième année consécutive, Brest accueillait, hier, les associations de sourds des départements bretons, dans le cadre d’une journée internationale. Un choix qui n’est pas anodin. Même si la cité du Ponant n’a pas encore la palme en matière d’intégration ? de l’avis du président de l’association, Thierry Cloître, Toulouse la mériterait ? les choses évoluent favorablement. Les aménagements liés autram permettront, par exemple, aux malentendants de franchir les carrefours en sécurité. Mais le problème va bien au-delà de simples aménagements matériels. «Notre intégration sociale et culturelle passe par la langue visuelle. Le problème est que nous manquons cruellement d’interprètes, déplore le président Thierry Cloître. On compte un seul interprète diplômé dans le Finistère, le Morbihan et les Côtes-d’Armor. Seule, l’Ille-et-Vilaine en compte quatre. Leurs plannings sont donc bien chargés». Les sourds plaident donc pour le développement des formations (Bac+5) en ce sens, d’autant qu’aucune des six écoles spécialisées n’est située sur le territoire breton.

Des classes bilingues

Ils souhaitent également, et alertent les politiques en ce sens, que soient créées des classes non pas spécialisées, mais bilingues, toujours dans un souci d’échanges facilités. Un travail énorme reste à faire, pour que leur vie au quotidien s’améliore et qu’ils ne vivent plus enfermés dans leur monde, les sourds en sont bien conscients. Mais ils affichent un optimisme et une foi à soulever des montagnes. Ils la traduisent à leur manière: en arborant des tee-shirts noirs au début de leur marche, puis en les enlevant pour laisser apparaître, sur fond blanc, des ailes de papillon, signes d’un immense espoir.

Source : http://www.letelegramme.com © 19 Septembre 2010 à Brest

2 commentaires
  1. auffret patrick dit

    Je comprends très bien les réactions des sourds, moi même absent de la JMS à Brest car j’ étais à St Ouen pour C.A./ de MDSF.
    A ma connaissance, de plus en plus difficile de trouver des interprètes, motif ; souvent sous payés et peut être il y aura moins d’ interprètes dans l’ avenir ? , il est nécessaire de trouver une bonne solution dans l’ avenir ..

  2. traductions@dbmail.com dit

    J’ai dans ma société quelques interprètes du langage des signes

    Voici les coordonnées en cas de besoin:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.