Journées du patrimoine / La culture sourde ouvre sa porte

Qu’on se le dise par la bouche ou à l’aide des mains, l’association des sourds de Reims ouvre sa maison dimanche. Son président s’en fait une joie.

SOURD des oreilles mais pas de l’esprit Dominique Soucarre. Le président de l’association des sourds de Reims s’apprête à ouvrir sa maison, dimanche, pour les journées du patrimoine. Ceux qui iront sonner à sa porte au 144, rue des Capucins ne seront pas déçus. Fin connaisseur de l’histoire des sourds de Reims et de la maison qui les abrite depuis 1895, il saura les captiver et les ouvrir à la culture des sourds. Ils réaliseront qu’en ce domaine, Reims a toujours été à la pointe.
Une délégation américaine
En 1896, une délégation de sourds de Chicago qui faisaient un tour du monde s’est exclamé que nulle part au monde existait une demeure comme celle de Reims. Bâtir une maison de maître et y fonder un cercle privé dédié aux sourds, c’était loin d’être courant à la fin du 19e siècle : « Une grosse famille de Vitry-le-Francois, les Pron, a fait construire la maison. Elle a fait appel pour cela à l’architecte Émile Dufay qui bâtira plus tard le quartier du chemin Vert. L’association, quant à elle, a été montée par Émile Mercier, fils d’Eugène ».
Dominique est incollable sur le fils Mercier, sourd et visionnaire. « La maison a été baptisée le cercle de l’abbé de l’épée en hommage à celui qui a lancé la langue des signes. » Il y avait une grande salle de bal, une salle de billard, des petits salons et à l’étage une grande pièce où se tenait le conseil d’administration. Rue des Capucins, les sourds étaient et sont toujours des importants : « Tous les maires de Reims depuis Jean-Baptiste Langlet sont venus à nos réceptions. Mme Hazan ne nous a pas encore rendu visite mais je suis certain qu’elle le fera ». Elle pourra constater, qu’au fond, la maison n’a pas tellement changé : il y a toujours une salle pour faire la fête mais le baby-foot a remplacé le billard. Quant à la salle du conseil, elle est devenue un musée consacré à la culture sourde qui sera bientôt ouvert au public tous les mercredis après-midi. Toujours dynamiques et plein de projets ces sourds. Et protégés par les Dieux, car leur maison est l’une des rares à avoir échappé aux bombardements de 14, mais, tout cela, Dominique Soucarre le raconte bien mieux que quiconque.
Au fait, Dominique est aussi sourd qu’une œuvre d’art mais lit parfaitement sur les lèvres.
Catherine FREY
Ouverture au public de la maison des sourds de 14 à 18 heures, dimanche uniquement.

Source : http://www.lunion.presse.fr © 16 Septembre 2010 à Reims

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.