La main des sourds

Handicap et école / Une mère se bat pour ses deux enfants sourds

Une mère multiplie les démarches afin que ses deux enfants, déficients auditifs lourds, poursuivent leur cursus dans « le circuit ordinaire ». Un véritable chemin de croix.

Claire Potier voudrait que ses enfants continuent à avoir une scolarité dans une classe ordinaire. Ce ne sera pas possible pour le moment.

TOUTE la famille a décidé de déménager durant l’été. De la région de Lyon jusqu’à Reims. Il était donc des plus logiques que les enfants trouvent une école dans la cité des sacres.
Oui mais voilà, lorsque le handicap vous rattrape, obtenir des places dans une école « ordinaire » et la garantie d’un apprentissage « normal » s’avèrent pour le moins compliqués. C’est en tout cas la situation que connaissent un frère de 9 ans et sa grande sœur de 11 ans, tous les deux déficients auditifs lourds. Comme leur maman d’ailleurs.
A Lyon, les deux enfants suivaient le circuit ordinaire via des classes Clis, cellules spécifiques qui mêlent les enfants handicapés aux autres. En clair, ils bénéficiaient d’un interprète au sein de leur classe. Ils pouvaient par ailleurs, côtoyer tout au long de la journée, des enfants qui eux, n’avaient aucun handicap. Une « socialisation importante » pour les enfants et que leur mère voulait « absolument conserver lors de son arrivée dans la cité des sacres », commente son avocat, Me Flasaquier.
Dans les faits, le cheminement va être des plus complexes. Des lettres sont envoyées dès le mois de juin à la Maison départementale du handicap, à l’adjoint municipal en charge du secteur scolaire ainsi qu’à l’académie. « Il y aura de la compréhension dans les réponses mais il n’y a aucun aménagement de proposé. » Une commission (CDA) a tranché, les résultats sont sans appel. Selon la CDAPH, via un courrier reçu samedi dernier, cette jeune mère de famille n’a pas le choix. Ses deux enfants ne seront pas admis dans des classes ordinaires « car le département de la Marne ne possède pas d’auxiliaire de vie scolaire formé à la langue des signes ». Il faut préciser aussi que la Ville de Reims dispose d’un dispositif performant avec l’institut Michel-Fandre, spécialement conçu pour l’accueil des jeunes handicapés (lire ci-dessous).
Afin de tenter de conserver ses enfants « dans le circuit ordinaire », la mère a décidé de montrer à l’académie qu’elle faisait des efforts. « Ma cliente a accepté de faire redoubler sa fille afin qu’elle soit dans la même classe que son frère. Ce qui ne permettrait la monopolisation d’un seul interprète lors des cours au lieu de deux. Par ailleurs, elle a accepté de supporter ce coût malgré ses conditions financières délicates », poursuit Me Flasaquier.

Concession

En effet, pour deux interprètes qui se relaient et un auxiliaire de vie scolaire, il faut compter 28 000 euros par année scolaire. « On réalise des annonces, mais les moyens ne sont pas là. On ne peut donc pas dire que les enfants, a fortiori les handicapés, peuvent choisir leur lieu de scolarité », poursuit l’avocat.
Claire Potier, la mère de deux petits, ne compte pas baisser les bras. Elle effectuera prochainement un recours gracieux auprès de la Maison départementale des personnes handicapées de la Marne.
« Nous avons pour objectif d’ouvrir un pôle d’accompagnement pour les élèves sourds avant la Toussaint. Cela concernera plusieurs écoles. Par ailleurs, nous ouvrons cette année, deux Clis supplémentaires, ce qui montre une volonté profonde de progresser. Des auxiliaires de vie ont été recrutés. Nous nous efforçons en tout cas de répondre le plus possible à la demande de chaque famille. A Reims, le taux d’inclusion des élèves handicapés ne cesse de grimper », confie Anne-Marie Filho, inspectrice d’académie.

Source : http://www.lunion.presse.fr © 31 Aout 2010 à Reims

5 commentaires
  1. ferrier martine dit

    pourquoi ne vous rapprocher vous pas de la fcpe qui represente les parents d’éleves a plusieurs et par une association on est plus fort pourquoi payer l’école publique est un droit et doit etre gratuite ce sont les impots qui doivent servir a cela courage couragecourage

    1. janvier dit

      c’est pour les sourd langue des signe française je suis un sourd

  2. ANA dit

    Je comprends de votre militante mais attention, vous quittez de lyon pour vos raisons (important ou autre chose ???) vous installez à Reims, c’est bien mais il faut s’organiser d’avance (avant janvier 2010) pour voir les personnels, mdph etcccc dans la région à Remis il ne faut pas avoir à rater pour vos enfants !!! je vois que les problèmes là peut etre vous ferez peu maladroite ???? il faut se méfier auprès au adminitration politique (je connais très bien sur la vie sociale que j’ai vécue depuis 20 ans) il faut prendre un bon chemin sans se tromper (meme sur le politique sourd ou entendant je m’enfous) moi meme je suis sourde et monde des sourds par ma famille je travaillais dans l’école sourde mtt formatrice dans le sud pour ça je vous conseille que vous devez faire le plus mieux (papiers en france c’est la merde mais il faut faire peu de souplesse à parcourrir pour la réussité) comme mon fils de 10 ans (entendant mais handicap mental légèr ) je fais combattre pour lui pour parcourrir ordinaire comme tout le monde ça marche voilà bon courage à continuer

  3. houssack dit

    bonjour je m’appelle celine je suis entendante je suis titulaire du niveau 4 de LSF je vais passer les niveau 5 et 6 en juin et juillet.
    si je peux vous aider dans certaines de vos demarches pour vos enfants sa sera avec plaisir.
    bonne journée

  4. do dit

    je ne suis pas d’accord sur des mots “deficients auditifs lourds” et “accueil des jeunes handicapés..des jeunes enfants sourds peuvent integrer dans une école bilingue lsf-ecrit francais pour apprendre,progresser,etc..l’accueil des jeunes sourds c’est mieux un mot!!beaucoup de travail pour faire comprendre mieux aux entendants sur “non handicapé aux sourds”.bonne journeé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.