A la une

Le SOS de l’école des sourds à Yaoundé

L’école spécialisée (Eseda) fait face à de graves difficultés financières. L’Ecole spécialisée pour enfants déficients auditifs (Eseda) est au bord de la fermeture. De grosses difficultés financières secouent la direction de cet établissement et de la fondation qui en a la responsabilité. Selon le président du Conseil d’administration de la Fondation pour l’éducation et la promotion des personnes déficientes auditives (Feppda), le Pr. Titi Nwel, « ceux qui dirigent cette école ne font pas de bénéfice. Il nous faut 60 millions de F par an dans notre budget, mais nous réussissons difficilement à les obtenir. Nous atteignons à peine 45 millions de F, les contributions de donateurs tels que, la Fondation Liliane, Misereor ou encore SOS Enfants sans frontière, qui nous donne trois millions par semestre, soit 12 millions par an. » Malgré ces dons, et des subventions de l’Etat à travers le ministère des Affaires sociales (Minas) et le ministère de l’Education de base (Minedub), les caisses ont du mal à se remplir à l’Eseda ces dernières années.

Et la dégradation du matériel n’aide pas vraiment. « Nous avons un mur qui s’est écroulé, des portes qui tiennent à peine en place, et l’aire de jeu des enfants est endommagée. En plus, le matériel d’audition nous fait défaut », se plaint le président du Conseil d’administration. D’où la rencontre des dirigeants de l’établissement hier à Yaoundé, au siège de l’Eseda, afin de proposer des solutions pour une meilleure gestion de la structure. On a parlé, entre autres, de reconstitution de la comptabilité, de la création d’un site Internet et de partenariats avec des instances nationales et internationales, pour promouvoir les activités de l’école.

La possibilité d’introduire des enfants valides, qui s’acquitteront de leur pension, n’a pas été écartée. Concernant les enseignants de l’école, le Minedub et les universités d’Etat ont été sollicités. Le premier pour la prise en charge de leur salaire et les universités d’Etat fourniront des enseignants capables d’améliorer les effectifs. L’Eseda compte 280 élèves. Cette école privée et spécialisée dans l’éducation des sourds et malentendants, veut s’accrocher, car elle est un refuge pour les déficients auditifs, où des dépistages de degré de surdité, et autres traitements spécifiques à cet handicap, sont organisés.

Source : http://afriqueactu.net © 20 Aout 2010 à Cameroun

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.