La main des sourds

Jusqu’à vingt niveaux d’apprentissage !

L’association Le Trèfle propose des cours de langue des signes (LSF) pour les débutants allant jusqu’à douze niveaux. «  Le niveau 12 permet de s’exprimer correctement dans chaque situation, explique Priscille Broda. Mais sur Paris, on peut monter jusqu’au niveau 20 ! » Pour bien apprendre, il ne faut pas uniquement se contenter des cours… Pour les amateurs, des cours de premier niveau seront organisés du 13 au 17 septembre.

Comment signer ?

Le fait de signer ne doit pas être réduit au simple mouvement des mains. Il existe cinq étapes : la configuration (la forme des mains et des doigts), leur orientation, l’emplacement (des mains mais aussi du corps), le mouvement et enfin l’expression du visage, primordiale.

Question de syntaxe En LSF, il s’agit souvent de traduire du sens. Mais certains mots sont iconiques, c’est-à-dire qu’on signe ce que l’on voit dans la réalité. Comme pour le lever du soleil ou le rhinocéros, par exemple. Pour les phrases, il existe une règle syntaxique : il faut d’abord «  planter le décor avant de situer l’action », selon Priscille Broda. Un exemple serait le bienvenu : pour dire « la fille écrit une lettre à la mère » on signe « mère – fille – lettre – écrire ». Simple, non ?

Et lorsqu’on parle de quelqu’un ?

Il existe un alphabet manuel, mais difficile d’épeler le prénom de quelqu’un lorsqu’on évoque une personne dans une discussion… Les sourds ont donc un autre système plus pratique : ils ciblent la particularité physique, le tic ou encore le trait de caractère de la personne. Illustration : pour parler de Jean-Marie Le Pen, «  deux doigts placés sur l’oeil gauche suffisent… » Facile !

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 31 Juillet 2010 à Arras

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.