La main des sourds

L’évangile de Luc traduit en langue des signes

L’évangile de Luc a été traduit en langue des signes à l’initiative de l’Alliance biblique française et sera mis en vente début juillet sous la forme d’un coffret de trois DVD, ont annoncé mardi les réalisateurs de ce projet au cours d’une conférence de presse.

La Bible a été traduite en 2.508 langues mais elle ne l’était pas encore en langue des signes, a dit en préambule Bernard Coyault, secrétaire général de l’ABF, rappelant qu’il y a en France quelque cinq millions de sourds.

Neuf groupes d’une dizaine de personnes, sourdes ou pas, ont travaillé à la traduction qui représente huit heures de film. Les groupes, cinq en France, deux en Suisse, un en Belgique et un au Congo-Brazzaville, ont d’abord travaillé séparément et ont buté sur les mêmes obstacles : certains mots n’avaient pas de traduction en signes, comme Abraham, disciple, Satan, baptême, etc. En tout 90 mots, pour lesquels chaque groupe a proposé sa solution et tous ont travaillé ensuite avec des linguistes et des biblistes pour choisir le “bon signe”.

L’évangile est “dit” en signes et sous-titré. On peut aussi accéder au doublage en voix off, ce qui rend le texte accessible aux sourds et aux entendants. Un lexique est annexé au texte.

L’ABF a choisi l’évangile de Luc parce qu’il est “complet”, allant du début de la vie publique de Jésus jusqu’à sa mort, et aussi parce qu’il est “plus facile à lire” que l’évangile de Jean, a précisé Bernard Coyault.

L’animateur d’un des groupes français, Jean-Paul Landais qui s’est présenté comme “sourd profond”, a expliqué (en langue des signes) que ce travail leur avait pris trois ans, à raison d’une réunion chaque semaine “de 18h à 1h du matin” et qu’ils avaient tous “très envie de continuer” cette entreprise de traduction de la Bible.

Le coffret DVD sera en vente dans les librairies et sur internet au prix de 25 euros. Il a été tiré à 5.000 exemplaires et sa réalisation a coûté 165.600 euros financés principalement par du mécénat.

La langue des signes a été mise au point au XVIIIème siècle par l’abbé Charles-Michel de l’Epée. Elle a été longtemps interdite d’enseignement et n’a été reconnue comme “langue vivante de la République” qu’en 2005. Environ 155.000 personnes la pratiquent en France. L’autre mode de communication accessible aux mal-entendants est la méthode dite de l’oralisme, qui consiste à lire les sons sur les lèvres.

L’Alliance biblique française est une association loi 1901 à caractère éducatif, dont la mission est de “promouvoir la lecture de la Bible auprès de tous les publics” (www.alliancebiblique.fr).

Source http://www.la-croix.com © 08 Juin 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.