« Léa fais-moi signe » lance un appel pour que les sourds aient droit aussi au cinéma

0

Parmi les projets portéspar l’association pour sourds et malentendants « Léa fais-moi signe », l’installation de boucles magnétiques dans les cinémas bruaysiens figure tout en haut de sa pile de dossiers. Elle lance aujourd’hui un appel aux partenaires susceptibles d’apporter leur concours à la réalisation du projet.

Les membres de l'association militent pour l'installation de boucles magnétiques en ville.

Ça fait un bail que Francine Billot n’est pas allée au cinéma. Parce qu’elle a déménagé, de Bruay vers Norrent-Fontes, et surtout parce que la salle obscure est pour elle une épreuve redoutable à affronter. « La dernière fois, c’était les Ch’tis, raconte la présidente de l’association Léa fais-moi signe devenue sourde après un accident vasculaire cérébral il y a quelques années. Quand je vais au cinéma, c’est seulement pour les images, le reste, je ne le comprends pas. Si le film me plaît, je l’achète en DVD et je profite alors du sous-titrage malentendants. Ça reste malgré tout éprouvant de lire pendant une heure et demi à l’écran… » Comme Francine Billot, Nathalie Polanski, vice-présidente et maman de la petite Léa, une jeune sourde de huit ans, partage la même frustration. Difficile de « traduire » les dialogues en temps réel à sa fille quand la salle est plongée dans l’obscurité. Difficile de se résoudre à ne lui projeter que des films de Charlie Chaplin à la maison, aussi drôles soient-ils. « Les sourds aussi sont en droit d’assister à des spectacles vivants et à la projection de films dans de bonnes conditions », lâche-t-elle pudiquement, haussant à peine la voix.

Face au manque, l’association refuse pourtant de baisser les bras. Sans grands moyens, elle a décidé de militer pour l’équipement d’une ou plusieurs salles des cinémas de la ville en boucles magnétiques, un système d’aide à l’écoute pour les malentendants porteurs d’une prothèse auditive.

Techniquement, la boucle capte le son émis par une source sonore extérieure et le transmet directement à l’appareil auditif de la personne. « Le dispositif existe déjà dans certaines salles de spectacle, à Lille notamment. Apparemment, pour le Méga CGR que j’ai contacté, ce n’est pas à l’ordre du jour, indique Nathalie, Par contre, le cinéma les Étoiles nous a laissé entendre qu’il y réfléchissait. Au Temple, ce serait bien aussi. Pour nous, ce genre de structure doit donner l’exemple. Leur image en sortirait grandie, et pour nous, et nos familles, ce serait une joie et un soulagement de pouvoir enfin profiter pleinement d’un bon film… » Du côté du cinéma du centre-ville en effet, un diagnostic handicap a été réalisé pour préparer la mise aux normes du bâtiment en matière d’accès des personnes handicapées au sens large. « Des travaux de modernisation vont être envisagés d’ici 2012 dans ce cadre-là, confirme le directeur Jean-Paul Korbas. Tout dépendra des fonds que nous obtiendrons pour le passage au numérique. Si nous devons le financer à 100 %, ça sera compliqué. Par contre, si nous obtenons des subventions, je peux déjà dire que nous équiperons une, voire deux salles des Étoiles en boucles magnétiques. Le succès que connaît l’établissement n’est pas étranger à la qualité d’accueil de ses publics. Les personnes sourdes et malentendantes sont elles aussi au coeur de cette réflexion. » En attendant, l’association lance un appel à toutes les bonnes volontés – politiques, bénévoles ou privées – susceptibles de faire avancer le dossier.

Histoire que le projet de boucles magnétiques passe enfin de la planche à dessin aux murs du cinéma bruaysien.

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 04 Mai 2010 à Bruay La Buissière

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.