La main des sourds

Les jeunes sourds-muets font du hip-hop

Une dizaine de jeunes sourds-muets de l’Institut de la Persagotière ont participé à une formation au hip-hop du lundi 12 au jeudi 15 avril.

Un enseignement de la danse, du rythme, et des « battles » en langue des signes, dispensé par Anthony Sayad, alias Adamo, jeune danseur professionnel engagé dans le développement artistique des sourds. « Nous avons appris à danser et à chanter en langue des signes, avec un vocabulaire spécifique au hip-hop », raconte Fanny Chapeau, élève.

À l’origine du projet, le coup de coeur des jeunes et de leur éducatrice Myriam Miossec lorsqu’ils ont assisté au concert d’Adamo au festival de création culturelle sourde de Reims, Clin d’OEil. « Le fait qu’Adamo soit un professionnel sourd-muet est une véritable valeur ajoutée par rapport aux autres intervenants, qui sont toujours des entendants », estime Morgane Tanguy, éducatrice. En effet, pour Mina Jambon, élève :« Adamo est notre référent sourd du hip-hop ».

« Cela veut dire que je représente la preuve qu’on peut être professionnel tout en étant sourd, explique Adamo. Maintenant trois jeunes du groupe veulent faire carrière dans le hip-hop, et trois autres veulent devenir comédiens. Les sourds comme les handicapés sont mis à l’écart dans la création artistique en France, par rapport à des pays comme l’Allemagne, mais les gens en fauteuils ou aveugles ont parfois aussi de belles voix. »

Source : http://www.ouest-france.fr © 19 Avril 2010 à Nantes

1 commentaire
  1. ZANIN dit

    Je souhaite à discuter avec une personne qui savait la danse HIP HOP sourds

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.