Son fils est hipoacúsico

Devant le diagnostic de difficulté auditive, l’impact émotionnel peut paralyser à la famille. Un spécialiste a dit à Infobae.com que la clé est que les pères aient des outils pour savoir comment réagir, quels sont les pas à suivre et comment va s’intégrer son fils à la société.

On comprend par invalidité toute limitation ou importante difficulté que, étant donné une insuffisance, a une personne pour effectuer des activités de la vie quotidienne, comme se déplacer, veiller de de lui-même, voir, entendre et mettre en rapport avec d’autres.

L’invalidité est une condition qui peut affecter tout membre de la société sans importer âge, sexe, statut social social-éducatif-de travail ou éducation géographique.

Infobae.com a consulté au diplômé Cecilia Vendeurde billets de loterie de l’Institut de Psychologie Argentin (Inepa) pour savoir quelle serait la manière la plus saine (parce que qui peut parler de « normalité » ?) de faire face à un diagnostic de hipoacusia.

Qu’est-ce que passe dans la famille devant l’arrivée d’un enfant sourd ou hipoacúsico ?
Devant la découverte des difficultés auditives (surdité ou hipoacusia) il arrive souvent que les pères sont affligé, ne savent pas comment se développer ou comment réagir, quels sont les pas à suivre, comment on va intégrer à la société, s’il va pouvoir étudier ou non, s’il va avoir des amis, s’il obtiendra avoir un travail, etc.

Nos pères ont des espoirs sur notre arrivée, produisent des messages et des mandats sur ce que nous sommes et comme nous devons se comporter.

Ceci détermine que nous négligions ceux qui sommes pour pouvoir remplir ce qui s’attend de de nous, en provoquant dans beaucoup d’occasions que nous acquérons un certain type d’« invalidité » : physique, émotionnelle, pour communiquer nous avec les autres, pour pouvoir croître et nous développer, des difficultés pour pouvoir penser, etc.

L’arrivée d’un fils avec une certaine difficulté physique produit un grand impact émotionnel dans la famille.

Il est important de donner des outils aux pères pour qu’ils ne le placent pas dans le rôle de de « destitué » et ils le voient comme une personne qui a une autre façon de communiquer.

L’éducation d’un enfant sourd, comme celle de tous les enfants, commence en naissant, et peut être menée à bien si les papes consacrent du temps et cherchent la façon de le comprendre et être compris, en utilisant toute manière effective de communication avec lui : mots, gestes, dessins, etc. Les pères ne sont pas les enseignants de langue de leurs fils, pour ceci ils sont les spécialistes.

L’amour démontré par les pères est un outil puissant qui lui donnera sécurité, et la surprotection privera à l’enfant de croître vers l’indépendance et l’autoconfianza.

Quelle est la meilleure forme de communication des personnes sourdes ou hipoacúsicas ? L’oralidad ou le langage de signes ?
Les enfants sourds sont seulement vus comme ce qui est qui sont : enfants. Les enfants sourds sont des enfants qu’ils ne peuvent pas écouter. Ils sont cognitivement et psychologiquement normaux. Pour cette raison, ils doivent rester dans des atmosphères ludiques où ils ont les mêmes occasions que ses auditeurs égaux pour connaître, être, partager et faire, et ainsi se transformer adultes avec bonne image de de lui-même.

La langue première des enfants sourds est la langue de signes. Les langues de signes permettent aux enfants sourds d’être effectuées communicativement et socialement d’une manière efficace.

Il est important qu’ils apprennent les deux langues (espagnol et langage de signes), puisque cela va lui permettre d’être communiqué avec des personnes des auditeurs et non auditeurs. Il lui permettra d’intégrer au monde qui l’entoure. Chaque enfant sourd, quelqu’un est le niveau de de sa perte d’audition, devrait grandir bilingue.

Il est essentiel de souligner l’importance de la communication verbale. Les enfants avec déficit auditif ont des réactions plus corporelles. Sa communication avec le monde est primordialement visuelle peuvent exprimer les mêmes émotions en gesticulant, en touchant et en frappant.

Elles sont vigilantes aux messages transmis par l’expression faciale, gestes, mouvements du corps et positions. Ils peuvent lire une colère dans un froncement de sourcils fronce. Les expressions faciales pour l’enfant sourd ont valeur de signification, sa face laisse traslucir les humeurs.

Le langage de signes est un langage qui combine les gestes des mains, la tête, la grimace de la face, les yeux, le corps complet. Il transmet ponctuellement des idées, expressions, sentiments, pensées de tout type, dans toutes les facettes et dans toute la thématiques, ainsi que nous le faisons avec le mot parlé, il est aussi fait à travers les signes.

Comment est un enfant sourd quand croîtra-t-il et quelles activités pourra faire ?
Un enfant avec des difficultés auditives sans doute jouera, ira à l’école, aura des amis et beaucoup autres choses plus.

Mais il existe des différences entre un enfant avec audition normale et un autre avec perte auditive. La différence réside dans la communication. Bien qu’ils puissent avoir les mêmes émotions et expériences, ils les exprimeront en manière différente.

Un enfant sourd est toujours vigilant à à ce qu’il arrive à son à autour. Mais rien dans sa vie sera normalement développé si le noyau familial ne lui offre pas l’amour et la retenue dont il a besoin au-delà de ses caractéristiques, de possibilités et de limitations. Les problèmes de communication ne sont pas une conséquence directe d’être sourd. On peut voir beaucoup de problèmes pour pouvoir être communiqué entre des personnes qu’ils n’ont aucune difficulté auditive.

Comment est le travail thérapeutique ?
On travaille la même manière avec des personnes sourdes et avec des personnes auditeurs. Ce qu’il change est la communication au moyen du langage de signes argentine (LSA).

Celle-ci pourra avoir des différences par rapport à la langue orale mais seulement dans sa modalité expressive non en contenu, parce que cette langue est une langue comme toute autre mais visuelle.

Il est fondamental, quand on travaillera avec des enfants sourds, de pouvoir travailler en façon conjointe avec la famille pour offrir des outils et stimuler d’autres habilités communicatives pour que les personnes sourdes puissent dire ce qui les passe, ce qui consignent et pensent.

Être père il n’est pas facile. Est complexe le rôle à accomplir, ou d’un enfant qu’il écoute ou non. C’est pourquoi il est important que les pères formulent aux professionnels habiles du sujet tant de questions comme ils soient nécessaires à la recherche du bien-être de leur fils, et qu’ils sachent qu’aucune décision n’est irrévocable, qui peuvent la changer pour fournir à l’enfant une meilleure occasion.

Il s’agit d’un espace thérapeutique, depuis ce qui est singulier, selon les nécessités et demandes, nous établissons une lettre prudente aux différences et aux diverses manières d’apprendre et d’interagir avec d’autres.

On travaille avec matériel visuel et différentes stratégies communicatives (gestuel et corporel, LSA, oral, jeu…), conformant un cycle d’apprentissage.

L’impact d’avoir un enfant sourd est sur la famille. C’est la famille de cet enfant celle qui doit passer par un processus pour s’adapter à la nouvelle situation, ce pourquoi ils doivent recevoir appui opportun, information pertinente et attention à leurs inquiétudes.

Source : Infobae.com (traduction automatique) © 02 Décembre 2009 à Argentine

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.