Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

La langue des signes pour mieux vivre ensemble

« Comment réagissez-vous quand vous rencontrez une personne malentendante ? » La première question posée par Aurélie a provoqué le silence dans l’assemblée…

Une assemblée réunie à la salle des fêtes, dans le cadre de l’animation des après-midi divertissement, organisés un mercredi par mois, et afin de sensibiliser le plus grand nombre au handicap. Marie-France Gouraud, adjointe culture et vie sociale, y a invité Aurélie Fouchard, jeune maman malentendante de la commune, à rencontrer les personnes présentes mercredi dernier.

Puis, en langue des signes, assistée d’une interprète bénévole et avec humour, Aurélie a raconté sa vie, son quotidien : « Je suis sourde de naissance car ma maman a attrapé la rubéole pendant sa grossesse. J’ai 31 ans, mon compagnon est aussi malentendant et nous avons deux enfants parfaitement entendants qui apprennent la langue des signes. C’est plus facile pour communiquer à la maison ! Je suis appareillée pour une oreille, mais cela ne permet pas de tout entendre. Je lis (ou plutôt je devine) aussi sur les lèvres. »

Au quotidien, l’équipement nécessaire à la maison coûte cher, même s’il est subventionné en partie par la Maison départementale des personnes handicapées : le réveil vibrant, les voyants lumineux qui indiquent si quelqu’un sonne à la porte, si le bébé pleure ou qui aident à appeler une personne d’une pièce à l’autre : « Nous vivons presque comme tout le monde, le téléphone en moins… et un peu d’isolement en plus car quand nous rencontrons une personne dans la rue et qu’elle réalise que nous sommes malentendants, souvent elle nous sourit et s’en va… Les gens n’ont pas le réflexe de mimer ou de nous regarder pour qu’on puisse lire sur les lèvres. »

C’est pourquoi Aurélie est venue témoigner ce mercredi, pour encourager les personnes entendantes à apprendre quelques rudiments de la langue des signes. Elle se propose même, pour commencer (une association pourrait ensuite voir le jour), d’animer bénévolement des ateliers en petits groupes pour les habitants de la commune. Le prochain pourrait démarrer dès le mardi 6 avril : les personnes intéressées peuvent se faire connaître à la mairie qui transmettra.

Source : http://www.ouest-france.fr © 29 Mars 2010 à La Chevrolière

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.