La main des sourds

Le massacre des sous-titrages pour les sourds

Un riverain s’est amusé à relever les incohérences de sous-titrages pour sourds et malentendants d’une émission de télé. Florilège.

La loi sur le handicap de 2005 donnait cinq ans à la télévision française, publique et privée, pour rendre accessibles ses programmes aux sourds et malentendants. M6 fait appel aux services de Red Bee Media, une société qui sous-titre notamment les émissions en direct en utilisant un seul sous-titreur (contre deux en moyenne dans les autres laboratoires) et un logiciel de reconnaissance vocale.

Le résultat est parfois ahurissant. Alyoukaidi, riverain de Rue89, est sous-titreur indépendant. Alerté par certaines adaptations incompréhensibles, il a fait des captures d’écran d’une émission de M6, Accès privé. Best of.Non, le sous-titrage ci-dessus n’est pas une blague. Les suivants non plus. Ils ont été réalisés pour M6 par la société Red Bee Media. Voici ce qu’on pouvait lire dans le supplément télé du Monde du 6 février :

« Au moins deux personnes sont généralement nécéssaires pour un sous-titrage live : la première, appelée perroquet, répète, en dictant la ponctuation, les paroles entendues ; celles-ci sont ensuite retranscrites à l’écrit par un logiciel de reconnaissance vocale ; en bout de chaîne, un correcteur gomme les (immanquables) erreurs de français.

Alors que certains laboratoires étoffent leur dispositif d’une troisième, voire d’une quatrième personne (pour des émissions longues), Red Bee Media n’utilise qu’un seul adaptateur.

A sa disposition, une sorte de Bescherelle informatique développé en interne qui corrigerait automatiquement les fautes d’accord et d’homonymie, indique Alexandre Keillier, le directeur du laboratoire. Et d’avancer un taux d’exactitude de 96-97% qui fait doucement rire le milieu. »

Voyons ce que le public sourd peut comprendre de la télé avec cette méthode fiable à 96-97%, grâce à quelques captures d’écran de l’émission de M6 Accès privé du samedi 20 février 2010.

Petit jeu : essayez de deviner le sens des sous-titres avant de regarder la correction.

Les homophonies

Le français est une langue qui se prête facilement au calembour. N’importe quel logiciel de reconnaissance vocale s’y perdrait. Voyons donc comment celui-ci corrige « automatiquement » les fautes d’homophonie…

“Une bisexualité latente”.
“Vous voulez encore refaire quelque chose ? – Mes seins”.
“En chair et en os, surtout en chair”

… Lire la suite sur Rue89

Source : http://fr.news.yahoo.com © 28 Mars 2010 à France

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.