Les visites sont compréhensibles pour les sourds et malentendants au musée de Fargniers L’histoire à portée de mains

0

«J’AVAIS un souvenir d’adolescente, celui d’avoir vu la comédienne Emmanuelle Laborit recevoir son Molière, en 1993, pour Les Enfants du silence, remerciant dans sa langue… » Florence Godefroy, guide au Musée de la Résistance et de la Déportation, à Fargniers, fut sur le coup bouleversée et décida par la suite d’apprendre cette langue des signes.
« J’ai profité pour cela d’une période où j’étais sans emploi, et j’ai suivi une formation, à Paris, pendant dix semaines. »
Une guide expérimentée…

Florence Godefroy n'a pas pratiqué la langue des signes ce week-end au musée. La structure va cependant continuer à communiquer sur cette possibilité qu'elle offre.

Ce samedi après-midi, elle était ainsi toute désignée et prête pour assurer une visite du musée organisée à l’intention des sourds et malentendants dans le cadre des Journées nationales « tourisme et handicap ».
Florence Godefroy, 30 ans, originaire de Quierzy, est guide au musée de la place Carnegie depuis décembre 2008.
Elle a obtenu un BTS de tourisme et fait une formation de guide-interprète. Avant d’arriver en poste à Tergnier, auprès d’Hélène Luisin, directrice du musée, elle a travaillé pendant cinq ans au regroupement de communautés de communes « Pays des Sources et des Vallées », du côté de Noyon.
… et une particularité unique
Elle présente encore aujourd’hui cette particularité d’être la seule guide-conférencière à pratiquer la langue des signes dans la région Picardie.
Comme pour son anglais et son espagnol, elle s’astreint à pratiquer pour maintenir son niveau d’« élocution ».
« Le scouci c’est que je n’ai pas tous les jours l’occasion de le faire pour quelqu’un ! » indique-t-elle.
Ce ne fut pas encore le cas samedi , en effet personne ne s’est présenté pour la visite réservée aux malentendants. « Nous allons continuer à communiquer sur cette spécificité que nous pouvons proposer », commentait Florence.
À noter que le musée farnois est aménagé pour recevoir les personnes handicapées.
L’édifice possède une rampe d’accès pour les fauteuils roulants et un ascenseur pour descendre au niveau -1. Une partie essentielle du bâtiment puisqu’elle est consacrée au souvenir de la Déportation.

Source : http://www.lunion.presse.fr © 29 Mars 2010 à Aisne

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.