Les sourds veulent se faire entendre

0

80 % des sourds sont pratiquement illettrés en raison du manque de structures d’accueil, en particulier à l’école.

Trois questions à…

Laetitia Morvan, présidente du Collectif des sourds du Finistère (CDSF).

Qui sont les adhérents du collectif des sourds ?

Nous fédérons l’Amicale des sourds du Finistère (ASF), l’association des sourds de Cornouaille (ASC), l’Union des familles d’enfants sourds (APES 29) et l’association sportive des sourds de Brest et du Finistère (ASSB 29). Sourds et entendants, nous réfléchissons ensemble au sein du CDSF à une véritable accessibilité des sourds à la vie sociale par la pratique et la diffusion de la langue des signes. Nous souhaitons mettre en place les moyens d’une véritable autonomie pour les sourds.

Comment se passe l’enseignement de la langue des signes ?

Très mal ! Il existe une quinzaine de classes bilingues en France et pas une seule en Bretagne. Malgré la loi et le dépôt de dossiers au rectorat de Rennes, nos démarches restent vaines. Un espoir d’ouverture devrait se concrétiser bientôt à Don Bosco à Brest. Les élèves apprendront la langue des signes en première langue pour mieux apprendre le français ensuite et surtout le pratiquer à l’oral. C’est ce qui manque actuellement.

Un autre moyen d’apprendre la langue des signes ?

Le collectif vient de créer un service d’interprètes et d’enseignement (LSF29). En fonction des demandes, des cours sont organisés pour répondre aux différents besoins qui se situent sur la formation complète d’interprètes diplômés et l’apprentissage de la langue.

Contact : CDSF. 1, rue, du Dauphiné à Brest. Mail : cdsf29@orange.fr

Source :  http://www.ouest-france.fr © 22 Mars 2010 à Brest

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.