Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

L’écho des malentendants résonne dans les autres municipalités

L’histoire des deux résidents sourds et malentendants du canton de Russell qui signalaient il y a quelques semaines l’absence dans la communauté d’un système d’alarme à feu adapté à leur handicap a fini par remonter jusqu’aux oreilles des municipalités avoisinantes.
La situation que tente de régler la municipalité de Russell pourrait bien faire un cas d’école. Alors que le personnel de cette dernière a été mis au pied du mur pour tenter de faire la lumière sur les conditions d’accessibilité des infrastructures aux personnes sourdes et malentendantes, la municipalité de La Nation songe également à étudier la situation, consciente elle aussi, comme le reconnaissait la semaine dernière le personnel de la municipalité de Russell, qu’il se peut qu’il y ait eu un manque en matière d’accessibilité.

«C’est vrai que c’est une chose que l’on avait oubliée. À chaque fois qu’on parle d’un problème lié à un handicap, on pense tout le temps aux personnes en chaise roulante, mais cette question soulevée nous fait prendre conscience que d’autres personnes sont aussi concernées et qu’il ne faut pas les oublier», convient Michel Legault, conseiller du quartier 4 de la municipalité de La Nation.

Dans un premier temps, l’équipe municipale de La Nation devrait veiller à ce que les systèmes d’alarme à incendie conformes aux besoins des sourds et malentendants soient prévus dans les plans de réaménagement du centre communautaire de St-Bernardin puisque ce type d’infrastructure est soumis aux nouvelles normes sur l’accessibilité régies par le code du bâtiment de 2006.

Du côté du village de Casselman, le personnel a également eu écho de la situation, mais le chef du service du bâtiment et des pompiers, Mario Villeneuve, ne semble pour le moment pas inquiet par la situation au regard des renseignements fournis par le personnel du canton de Russell dans La Nouvelle de la semaine dernière.

«Je ne peux dire quelles infrastructures à Casselman disposent d’un système d’alarme adapté aux malentendants mais nous respectons strictement le code du bâtiment de l’Ontario, assure-t-il. Nous savons que certains bâtiments doivent rencontrer les exigences du code du bâtiment mais il (le code) ne demande pas que tous les bâtiments commerciaux et institutionnels soient équipés d’appareils lumineux. Et à date personne n’est venu se plaindre de ce problème.»

Source : http://www.journallanouvelle.ca © 10 Mars 2010 à Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.