La main des sourds

Enfants sourds : dépister au plus vite

Les enfants sourds doivent être diagnostiqués dès le début de leur vie et leurs parents doivent disposer de toute information permettant de favoriser «un développement psycho-affectif harmonieux», selon les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS).

La surdité de naissance est d’à peu près 1,1 à 1,2 pour mille, selon René Dauman, professeur ORL au CHU de Bordeaux, qui a présidé le groupe de travail de la HAS sur l’accompagnement des familles et le suivi de l’enfant sourd de 0 à 6 ans. Si l’on y ajoute les surdités qui se développent dans les deux premières années, il y a en France environ 2 000 enfants sourds par année d’âge.
La surdité est souvent due à des facteurs génétiques, mais les facteurs sociaux ­ tels que pauvreté et mauvaise hygiène de la femme enceinte ­ jouent leur rôle.
Selon les spécialistes, ces enfants sourds sont souvent diagnostiqués trop tardivement, et l’on découvre encore des enfants sourds profonds à 2 ans et demi ou 3 ans.
L’objectif, c’est que l’enfant sourd soit inséré socialement «le plus tôt possible», a noté le Pr Laurent Degos, président de la HAS. Pour ce faire, la précocité du diagnostic est «essentielle».
Si le jeune enfant sourd peut être dépisté juste après sa naissance, comme c’est le cas dans moins de la moitié des maternités, le diagnostic peut être établi à 3-4 mois et un programme d’intervention précoce doit pouvoir être proposé avant l’âge de 1 an.
Deux approches sont proposées : soit une stimulation importante de l’approche auditive ­ avec audioprothèse ­ pour favoriser l’acquisition du français parlé, soit une méthode dite «bilingue», mêlant l’acquisition du français parlé et l’apprentissage de la langue des signes française (LSF).
En tout état de cause, le niveau de langue parlée sera meilleur si la stimulation auditive intervient avant l’âge de 2 ans, estime la HAS, et celui de langue des signes si l’apprentissage est commencé avant 5 ans.
Dans certains cas particuliers, on peut proposer entre 1 et 2 ans un implant cochléaire, même si, selon le Pr Dauman, «l’enfant implanté reste un enfant sourd», dont la compréhension « se dégrade fortement» quand le bruit monte.
Pédiatre, orthophoniste, psychomotricien, ORL, « tous les professionnels doivent s’impliquer dans le processus» et informer au mieux les parents, a insisté le Pr Dauman.
Un guide pratique publié par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) est téléchargeable sur son site.

Source : http://www.republicain-lorrain.fr © 11 Mars 2010 à Metz

1 commentaire
  1. do dit

    non!non!respectez les sourds pour la culture et la lsf!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.