Une communauté discrète tire la sonnette d’alarme

0

Deux résidents d’Embrun sourds et malentendants se sont confiés à La Nouvelle ce lundi pour exprimer leur besoin d’être pris en considération dans le cadre des normes d’accessibilité pour les services à la clientèle auxquelles s’adaptent progressivement les commerçants de la région.

Pascal Larocque et Richard Cameron aimeraient que toutes les infrastructures de leur village soient équipées de ce système d’alarme à incendie qui signale le départ d’un feu par un flash lumineux rouge.

Ils pointent du doigt l’absence d’alarmes d’incendie adaptées à leur handicap, qui selon eux, leur causent un fort préjudice au quotidien. «Quelque soit l’endroit où on se trouve, au travail, dans les magasins, nous avons toujours peur qu’il y ait un incendie parce que nous n’entendrons pas l’alarme», confie Pascal Larocque.

Alors que la municipalité de Russell aménage progressivement ses installations pour les rendre conformes aux normes d’accessibilité, tout comme l’Aréna de Russell, les deux hommes considèrent que la communauté sourde et malentendante est trop souvent oubliée dans les plans de réaménagement ou de construction.

«Il y a beaucoup d’installations pour les personnes avec un handicap moteur, mais nous on nous oublie, estime Richard Cameron. Ce n’est pourtant pas difficile de s’adapter à nous. Il suffirait juste d’installer des alarmes à incendies conformes à nos besoins. Celles-ci ont un flash lumineux pour nous permettre de voir qu’il se passe quelque chose d’anormal

Les deux hommes aimeraient aussi comprendre pourquoi les nouvelles constructions n’ont pas été validées selon les premières normes d’accessibilité pour les services à la clientèle en vigueur intégrées au code du bâtiment de l’Ontario depuis le 1er janvier 2008.

Ces personnes disent connaitre une soixantaine de résidents d’Embrun qui souffrent du même handicap que le leur. Selon eux, discrètes de par leur difficultés à communiquer, ces personnes se sentiraient aussi en marge de la communauté et connaitraient le même inconfort que les deux témoins.

La Nouvelle a tenté de rejoindre la municipalité de Russell pour discuter de la question, mais sans succès.

Source : http://www.journallanouvelle.ca © 24 Février 2010 à Canada

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.