Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Mieux écouter les sourds du Gard rhodanien

RAPPEL : Le Centre de rééducation de l’ouïe et de la parole (Crop) inaugure une antenne à Rochefort-du-Gard

« On travaille depuis deux anspour ouvrir une structure sur le secteur rhodanien. On est enfin dans nos murs », sourit Alain Crosnier dans son bureau du sanctuaire de Notre-Dame-de-Grâce, à Rochefort-du-Gard. Avant, les familles d’enfants sourds ou dysphasiques sollicitaient le Crop, à Saint-Hippolyte-du- Fort, où l’association a été créée dès 1856. « Mais ce n’était pas tenable, explique Alain Crosnier, tout notre travail est basé sur la proximité et l’accompagnement sur son lieu de vie de l’enfant handicapé, de 0 à 20 ans. D’ici, on rayonne jusqu’à Carpentras et Saint-Rémy-de-Provence avec onze salariés dont huit professeurs spécialisés . » Concrètement, le Crop met en place, à la demande de la famille, de l’école ou de l’orthophoniste un suivi personnalisé et pluridisciplinaire

pour chacun, « mêlant le plus harmonieusement possible une scolarisation normale, un suivi psycho-éducatif, des soins et des heures de cours spécifiques, de cinq en primaire à dix au lycée. Oralisation, langue des signes ou les deux. » Les choses bougent mais lentement : l’Éducation nationale est encore méfiante, la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) connaît mal l’association. Et les classes adaptées aux enfants sourds (Clis et UPI) trop peu nombreuses, il n’y en a aucune en primaire sur le Vaucluse, par exemple. Mais, à la rentrée, une classe a ouvert au lycée Vincent-de- Paul, en Avignon.
Résultat, le Crop est victime de son succès. 145 enfants sont suivis, dont 38 à Rochefort-du-Gard et… plus de 200 dossiers sont en attente, après avoir obtenu le premier sésame de la notification de la MDPH. « Peut-être devrons-nous à terme suivre moins longtemps chaque enfant pour réduire cette attente ? », s’interroge le directeur. Pour pallier ce problème, un accueil relais a été mis en place qui permet de répondre aux premières angoisses des parents, « car ce handicap, c’est de la souffrance pour toute une famille. Parfois, les rassurer ou expliquer le handicap à l’école suffit déjà à apaiser les situations. » Pour les familles, cet accompagnement au plus près est un précieux soutien dans la solitude et la lourdeur administrative qui jalonnent souvent le parcours d’un enfant handicapé.

Crop Paul-Bouvier, 830 montée du sanctuaire, à Rochefort. 04 90 23 55 89.

Source : http://www.midilibre.com © 28 Janvier 2010 à Rochefort

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.