La main des sourds

Apprendre les gestes qui sauvent Un stage pour des personnes sourdes

« Pour les personnes sourdes, c’est une très bonne formation. Souvent, nous ignorons les gestes qui sauvent et si nous voyons une personne qui ne se sent pas bien, nous sommes obligés de faire appel à nos voisins », explique Nelly Bourriez, présidente de Trèfle, une association arrageoise qui diffuse la langue des signes et propose aux sourds un accès à la culture.

La pratique du massage cardiaque, essentiel dans les gestes de premiers secours. Aujourd’hui, on apprend aussi à se servir d’un défibrillateur.

Pour la première fois dans l’Arrageois, Priscille Broda, secrétaire dans l’association, a décidé de mettre en place une formation aux premiers secours pour des personnes sourdes justement. Samedi dernier, rendez-vous était donné au centre social Alfred-Torchy pour la dernière séance. Dans la salle, une dizaine de personnes suivent avec attention les conseils délivrés par un formateur de la Croix Rouge. Ce matin, ils en sont tous à la phase de révision : que faire quand une personne s’est ouverte au niveau du bras alors qu’elle était en train de bricoler ? Quelle attitude avoir quand une personne a bu et pris des médicaments ?
Et puis, il y a, bien sûr, la phase du massage cardiaque, indispensable, sans oublier l’apprentissage de l’utilisation d’un défibrillateur. « Les personnes sourdes ne se considèrent pas comme handicapées, elles utilisent un autre langage. Elles sont très visuelles et ont besoin de pratiquer », précise Priscille Broda. Ce stage aura duré 18h, un peu plus qu’habituellement.
Pour le formateur de la Croix Rouge, l’exercice est périlleux, tout comme pour David Lobry, interprète professionnel. Ensemble, ils se coordonnent pour que la formation soit la plus complète possible.

Un diplôme
C’est aussi dans la pratique que l’on peut se rendre compte que certains outils ne sont pas forcément conçus pour des personnes malentendantes.
Le défibrillateur par exemple, émet des bruits pour rythmer le massage cardiaque d’une victime. Cela, les stagiaires ne peuvent pas l’entendre.
À la fin du stage, les élèves vont passer leur évaluation et obtenir leur attestation de formation aux premiers secours. « La formation classique n’est pas adaptée à des personnes sourdes. Or, connaître les gestes qui sauvent est une chose qui intéresse beaucoup les sourds. Nous avons eu de nombreuses inscriptions pour ces premières formations », souligne Priscille Broda.
En tout, trente personnes se sont inscrites et Priscille espère bien pouvoir mettre en route d’autres formations dans les mois à venir. D’une part parce qu’il y a de la demande et d’autre part, parce que de nombreux partenaires ont adhéré au projet et participé à son financement.
Quant à l’association Trèfle, elle a d’autres projets dans son sac comme un atelier de contes pour les enfants sourds et entendants ou encore un atelier bébé signe ouvert aussi aux enfants entendants pour apprendre à communiquer avec ses parents lorsque l’on n’a pas encore l’usage de la parole.

Source : http://www.lavenirdelartois.fr © 16 Décembre 2009 à Arras

1 commentaire
  1. Naudan dit

    je voudrais savoir quand la prochaine formation pour les 1ers secours??

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.