BFM TV, i>Télé et LCI s’entendent sur les malentendants

0

Malgré une concurrence de plus en plus féroce, les trois chaînes d’info sont parvenues, sous la houlette du CSA, à un accord pour sous-titrer leurs programmes, et notamment leurs JT, à tour de rôle. Mais il faudra encore lire sur les lèvres jusqu’au 12 février.

Aucune faute de goût lors de la conférence du presse du CSA lundi dernier sur « l’accessibilité des programmes aux personnes sourdes et malentendantes » : sous-titreurs et interprètes en langue des signes figuraient bien en première ligne pour relayer la parole des « sages » sur un sujet qui, si tout va bien, devrait être bouclé le 12 février prochain. La mission « accessibilité…», le président du CSA Michel Boyon l’a confiée à l’ancienne journaliste de LCI Christine Kelly. Qui a eu la bonne idée de réunir pour la « bonne cause » les trois chaînes d’information BFM TV, i>Télé et son ancienne maison.

Astuce et vrai tour de force en ces temps de concurrence féroce, elle leur a suggéré une alliance. Plutôt que de sous-titrer des JT chacune dans leur coin, ce qui est un peu triste et, surtout, coûte cher, Christine Kelly leur a proposé un roulement : BFM TV le matin (8-13h), LCI de 14h à 20 h et i>Télé la nuit. Bonus et grande première pour des chaînes privées, chaque antenne traduira un journal en langue des signes : à 13h pour BFM-TV, 17h30 pour i>Télé et 20h pour LCI. Au final, le téléspectateur sourd ou malentendant devrait être gagnant, sauf s’il répugne à passer d’une chaîne à l’autre. En acceptant cette « décision originale et adaptée » du CSA, qualifiée d’« historique » par le président de l’Unisda (Union nationale pour l’insertion sociale des déficients auditifs), les chaînes d’information se retrouvent « dédouanées » en quelque sorte de leur obligation légale de sous-titrage (40 % des programmes pour les chaînes de la TNT dont l’audience est inférieure à 2,5 %, 20 % pour les chaînes diffusées par câble, satellite ou ADSL) sans pour autant léser les téléspectateurs concernés par le problème !

Curieuse ou fâcheuse coïncidence, au moment où le CSA officialise cette entente, un désaccord majeur s’exprime tout aussi publiquement entre le PDG de NextRadio TV (maison mère de BFM TV) et son homologue du groupe Canal+ (propriétaire d’i>Télé). Une sombre histoire de manipulation d’audience et de numérotation de chaînes sur le bouquet CanalSat… Gageons que ces différends ne remettront pas en cause leurs accords en faveur des sourds et malentendants.

Source : http://www.telerama.fr © 25 Novembre 2009 à France

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.