La beauté du geste

0

SOLIDARITE.La dauphine de miss France 2007, était à Rouen pour soutenir l’opération « Des gestes pour le dire ».

Sophie Vouzelaud a salué l’implication des partenaires de cette journée

«Des gestes pour le dire ». Et une ambassadrice de charme pour le faire savoir. Ce samedi, Sophie Vouzelaud, 1ère dauphine de miss France 2007 était présente samedi au centre commercial Saint-Sever à une journée d’action à la prise de conscience du handicap de la surdité, organisée par la Jeune chambre économique de Rouen.
Depuis l’élection de 2007, la jeune femme a décidé de mettre sa notoriété au service de l’échange entre entendants et malentendants. « D’être présente ici, cela me procure beaucoup d’émotions. Je suis heureuse de participer à une campagne de véritable sensibilisation », apprécie Sophie. La jeune femme a eu le déclic lors de l’élection de miss France. Véritablement portée et soutenue par le public ce soir-là, Sophie a su vaincre sa timidité et a décidé alors de s’investir auprès de la communauté sourde. Un engagement reconnu par Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée à la famille et des Solidarités à qui elle a dédicacé son livre, « Miss et sourde ! ».

« La France a du retard »
Sophie Vouzelaud a participé aux ateliers de découverte organisés par le Foyer des Sourds de Rouen, l’association Liesse, l’Ariada afin de promouvoir la Langue française des signes et de faciliter l’intégration des sourds dans l’univers professionnel. « En France nous sommes très en retard. Aux Etats-Unis, il y a davantage de personnes qui connaissent la langue des signes et l’employabilité des jeunes adultes sourds y est plus grande. Dans un centre commercial, il faudrait former les vendeurs et les commerçants à pouvoir communiquer avec la clientèle malentendante », rêve la jeune demoiselle. Un souhait entendu par Philippe Varin, directeur de Saint-Sever, qui œuvre depuis plusieurs années à rendre le centre commercial accessible pour tous. « Saint-Sever est un lieu de mixité. Cette opération ouvre des horizons sur l’approche que l’on a de l’autre. Hier je me suis mis à apprendre les rudiments de la langue des signes. J’ai été bluffé par le dynamisme de la communication entre malentendants ; les sourires, les regards, les expressions ». A voir le sourire radieux de Sophie, nul doute que le message est passé.

Source : http://www.paris-normandie.fr © 26 Octobre 2009 à Rouen

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.